D'UN MONDE A L'AUTRE
a l'abri des regards indiscrets ,profitons en pour partager nos connaissances dans une ambiance de calme et d'amitié, loin des brouhaha de notre humanité .
ici chacun a sa place et le droit de s'exprimer ...

portraits des signes astrologiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

portraits des signes astrologiques

Message par valou le Lun 25 Avr - 20:53


L'HOMME BELIER
Vous le reconnaîtrez tout de suite : il vit à 300 à l’heure, c’est Monsieur 100.000 volts ! C'est Cyrano de Bergerac ou Casanova ! Avec lui démarre l'année zodiacale, et le printemps. Ce grand réveil de la Nature, cette poussée de vie intense, pousse aussi le Bélier. Son dynamisme ne supporte aucune contrainte, il fonce droit devant lui, en avant toute ! II fait feu des quatre sabots, bondissant ici ou là suivant son bon plaisir. Gouverné par Mars, la planète rouge, c'est le feu de la guerre. Egalement sous l'influence du Soleil, c'est la désintégration de l'hydrogène en réaction atomique continue !

A vous de savoir si vous aurez la force et le tonus nécessaire pour lui courir après, car il est fatigant ! Tuant, même ! Une chaudière en perpétuelle ébullition. II ne sait pas s'arrêter, et ne s'arrêtera que lorsque la vieillesse l'aura enfin rattrapé (ce n'est pas demain la veille !) Comme il ne connaît pas la fatigue, il ne la supporte pas chez les autres. Si vous avez le malheur d'être malade, il se sauvera, le plus loin possible... Pour revenir en toute innocence quand vous serez guérie.

Mais quel homme ! II éblouit par sa générosité, son sens aigu de l'honneur et de l'amitié. II plaît aux femmes qu'il fait rêver et qui ne peuvent s'empêcher de déverser leurs confidences dans son oreille pleine de compréhension. En fait, il trompe son monde : bien que spécialiste du coup de foudre, c'est un mari stable, car son orgueil ne lui permet pas de revenir sur un choix qu'il a fait. II prendra rarement l'initiative de la rupture, parce que ce serait admettre un échec (et cela lui est extrêmement difficile).

Bien sûr, émoustillé par toutes les femmes qu'il rencontre, il sera léger, mondain, baratineur... Les deux plus grands séducteurs de l'Histoire furent sans doute Don Juan (natif des Poissons) et Casanova (natif du Bélier). Voici ce que ce dernier écrit de lui-même: « Joueur déterminé, vrai panier percé, grand parleur toujours tranchant, rien moins que modeste, intrépide, courant les jolies femmes, supplantant les rivaux;... toujours prêt à payer de ma personne, je me croyais tout permis. »

Heureusement, tous tes Béliers n’ont pas le feu au train, comme l'incroyable Vénitien qui passa comme un météore dans les salons du XVII° siècle. Le Bélier mène son monde avec charme et décision. En général on le suit volontiers, malgré ses colères imprévisibles. II a toujours les rieurs de son côté ! Si vous appréciez tout ce côté show-biz, si vous acceptez de ne jamais savoir à l'avance ce que vous ferez dans l'heure qui suit, alors brillez à ses côtés. Soyez la plus belle, la plus séduisante, la plus élégante: il sera à vos pieds. Ne cherchez jamais à le contraindre, mais à le persuader sans qu'il sen aperçoive. Si vous êtes sa femme, dites amen à tous ses désirs (de temps en temps seulement... car il se lasserait d'une esclave, et, comme dit Dieu « les prosternations des esclaves, ça m'embête ».

Tous les Béliers ne sont pas charmants. Sortant difficilement de l'enfance, ils obéissent tout d'une pièce, totalement et dans la seconde même, à leur impulsion du moment. Incapables de retour sur eux-mêmes ils profitent peu de l'expérience de leurs propres bêtises, qu'ils recommencent indéfiniment. On rencontre beaucoup de Béliers hyper irritables, qui explosent dans des colères violentes pour se libérer de leur tension interne. Cela rend la vie conjugale invivable. Attention aussi aux Béliers sadomasochistes. Sade avait Mars en Bélier, ce n'est pas un hasard. Le Bélier offre pourtant des visages extrêmement différents suivant son ascendant, par exemple un Bélier Taureau sera infiniment plus calme et plus persévérant qu'un Bélier Gémeaux. Celui-ci improvise sa vie toutes les minutes, avec un manque total de continuité, un besoin de changement à tout prix qui l'empêche de s'enraciner.

LA FEMME BELIER
Née avec le printemps, la femme Bélier gardera toute sa vie un air de jeunesse, une fraîcheur de sentiments, une vivacité et un grand dynamisme physique. La poussée de la sève en avril ! Signe de générosité, d'amour de la vie, la femme Bélier donne et se donne jusqu'au sacrifice le plus extrême, et cela sans rien exiger en retour, sans esprit de calcul: elle donne par besoin de donner. En amour, c'est une très grande actrice: non pas dans le sens péjoratif du faux-semblant et du mensonge, mais parce qu'elle extériorise admirablement ses sentiments et ses sensations. Exactement comme un bon acteur « paye de sa personne » et « se donne à son public », elle transforme le lit en théâtre, et ça plaît ! En amour, elle n'est jamais avare d'elle-même, à condition de trouver un bon manager qui sache la prendre en main énergiquement.

Si l'éducation qu'elle a reçue ne l’a pas bloquée, elle n'a pas d'inhibitions. Elle profite gaiement de l'instant présent, où son humeur fait feu de tout bois. Sa verve peut blesser parfois, mais elle excite les hommes. Ils pensent que c'est une allumeuse... En réalité, c'est une grande fille toute simple. Mais cette Jeanne d'Arc au grand coeur a un défaut dans son armure. Comme le dit J. P. Nicolas, c'est « son absence d'objectif préalable ». Eh oui, gentille bélier, vous devriez, avant de bondir toutes cornes en avant, prendre le temps de vous asseoir cinq minutes pour réfléchir, et ne pas dire oui à tout ce qui vous emballe, quitte à : vous rétracter ensuite si ça ne vous plaît plus. Brillante petite Bélier, courageuse en diable, toujours en première ligne de tous les combats (les bons et les moins bons) votre force apparente cache votre faiblesse profonde, vous êtes versatile, hypersensible et influençable, alors qu'il n'y a pas de vraie force sans durée.

II vous faut un homme plus réfléchi que vous, à la fois fort et tendre. Cette impulsivité est surtout marquée si vous êtes Bélier ascendant Bélier, ou Bélier ascendant Gémeaux, Verseau ou Sagittaire. Au contraire, d'autres ascendants, Capricorne, Taureau, Scorpion, corrigeront votre étourderie et mettront un peu de plomb dans votre cervelle. Toutes les femmes Bélier ne sont pas Mimi Pinson ou la Môme Crevette. D'abord, certaines Bélier jeunes sont très timides, et ensuite, le signe fournit aussi un contingent de redoutables enquiquineuses… Comment est-ce possible ?

Bloquée par une éducation trop rigide, ou frustrée par un mariage trop contraignant qui l'empêche de bondir tous azimuts, le Bélier peut tourner alors son agressivité contre ses proches et contre elle-même (surtout si elle est ascendant Scorpion). Tantôt elle explose en coups d'éclats violents, et cela pour se libérer, tantôt elle joue un personnage de victime. Son entourage redoute cette soupe au lait dont la méchanceté blesse profondément. La jeunesse que donne le signe, au lieu de se traduire par une merveilleuse fraîcheur de sentiments, prend alors le visage navrant de la naïveté aveugle qui mord à tous les hameçons. La Bélier frustrée s'améliore mal: il lui est impossible de se contrôler, de se prendre en main, bref, d' « apprendre » quoi que ce soit! D’autant plus qu'elle prend la mouche pour un rien, et se fâche quand on essaie de l'aider d'un conseil. Toutes les raisons sont bonnes pour affûter sa jalousie.

Un amour qui tourne mal peut démolir pour la vie une femme Bélier, surtout si elle est ascendant Sagittaire. Tournant le dos à sa nature de grande amoureuse et de mère dévouée, elle choisit la solitude (ou l'homosexualité), et le travail. Elle devient alors une « femme-mec », réussissant brillamment dans un métier d'homme. On trouve dans les affaires beaucoup de Béliers ascendant Lion: elles s'y taillent une belle place grâce à leur dynamisme, mais risquent de devenir très égoïstes.
Enfin, l'ascendant Vierge et l'ascendant Balance sont particulièrement difficiles à vivre pour une femme Bélier : elle se sentira tiraillée entre deux natures contraires, tantôt pot-au-feu, tantôt amazone... Quant à l'ascendant Poissons, comme l'ascendant Cancer, ils donnent de grandes sentimentales romantiques, fonceuses -mais qui n'ont guère les quatre sabots sur terre... !


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]






Dernière édition par valou le Lun 25 Avr - 21:22, édité 1 fois

valou

Messages: 1238
Date d'inscription: 20/04/2011
Age: 45
Localisation: Chambery

Revenir en haut Aller en bas

Re: portraits des signes astrologiques

Message par valou le Lun 25 Avr - 21:03


L'HOMME TAUREAU
Pour décerner la palme du meilleur amant, nous voilà bien embarrassées. II y aura quelques ex-aequo : Sagittaire, Bélier, Balance, Poissons, Scorpion,... ou Taureau ? Mais pour réussir le concours du meilleur mari, c'est tellement difficile que le pourcentage d'échecs annuels ne cesse d'augmenter (le ministère de la Qualité des Ménages s'en inquiète beaucoup, d'ailleurs). Bref, que demande-t-on à un mari ? Tout ce que l'on demande à un amant: d'être tendre, généreux, adroit de ses mains, fidèle... Et, en plus, que ça dure! Tout cela est à la portée du premier venu, au moins pendant un week-end; à la rigueur pendant quinze jours aux Bahamas. Mais toute une vie ? Là, le Taureau bat tous les records de longévité.

La planète Vénus a son domicile dans le signe du Taureau, d'où le goût de notre animal pour tout ce qui est vivant et heureux: il est tendre, il aime la beauté, l'herbe verte, les fleurs, les animaux, la bonne cuisine... II aime l'amour et l'aimera toute sa vie, et il est très doué pour. Quant à la Lune, planète lente qui porte au rêve, à la réflexion, elle porte aussi le Taureau vers l'art (en particulier la musique : on remarque souvent sa belle voix), et aussi vers l'amour de la famille; le Taureau est stable et fidèle, les amours avec lui sont durables.

II naît en avril-mai, entre deux signes instables: ce typhon de Bélier et ces feux follets de Gémeaux. Lui, quatre sabots bien sur terre, est un signe fixe. II concentre en lui toute la verdeur du printemps. II est très curieux de remarquer que le Taureau est traditionnellement un signe féminin, gouverné par deux planètes féminines, alors qu'il était un symbole de virilité chez les peuples antiques. De fait, l'homme Taureau, avec son physique souvent massif et son cou plutôt fort, donne presque toujours une impression de virilité.

Ce que nous trouvons merveilleux avec lui, c'est qu'il en est tellement sûr, de cette force et cette virilité, qu'il n'a pas besoin de jouer les machos pour nous faire croire qu'il est un homme; ni de faire du cinéma. II est tellement sûr de lui en tant qu'homme, qu'il n'a pas honte d'arranger un bouquet de fleurs dans un vase, de faire de la peinture, de la poésie... II n'éprouve ni le besoin de tout casser tout le temps ni de se faire passer pour Zorro. S'il se fâche, c'est qu'il a longuement encaissé auparavant, et sans rien dire. La goutte d'eau qui fait déborder le vase met longtemps à venir. Et révèle d'ailleurs sa vraie nature: le Taureau n'est ni faible, ni mou, ni lâche, il est au contraire la force concentrée, capable de se discipliner elle-même. Homme de passion, il est assez énergique pour être capable de mener à bien une entreprise de Romain, et cela durant des années (voir Balzac! D'ailleurs son titre, la Comédie humaine, montre bien le mépris du Taureau pour ses congénères, qu'il trouve futiles et légers!).

Nous pourrions encore longuement épiloguer sur l'homme Taureau, sur son réalisme prudent, sur son sens des affaires, sur sa perspicacité (un Taureau ne ment pas et flaire tout de suite le mensonge)...
Dire que Karl Marx était Taureau: il fallait l'être pour analyser les rapports de force dans le monde du travail... Et comment parler des « masses » prolétariennes si l'on n'est pas soi-même cet animal massif, esclave attaché à la charrue de son maître... Citons parmi les exquis, les excellents Taureau, les meilleurs crus: ascendants Cancer, Balance, Sagittaire, ou Poissons. Etonnants mais difficile à vivre sont les Taureaux ascendants Scorpion (Sigmund Freud), Lion (Balzac), Verseau (Karl Marx)... Quant au Taureau ascendant Taureau, c'est un monument !... Impossible à remuer
Pourtant, attention: les gens de la terre savent tous qu'il y a des taureaux vicieux. On les reconnaît à leurs violentes colères, fréquentes et injustifiées: leur sensibilité se transforme en susceptibilité, leur réalisme financier en avarice, leur flegme devient de la paresse, de l'immobilisme, de l'inhibition décourageante..., leur énergie se retourne contre eux-mêmes en dépression nerveuse, et leurs talents amoureux en tyrannie sexuelle.

II y a aussi le Taureau buté, entêté dans son rêve; le Taureau prisonnier de son milieu, enlisé des quatre pattes dans sa terre tellement natale qu'il ne voit pas au-delà de son horizon : c'est l'esprit de clocher, le nationalisme étroit, le pire racisme... Enfin le Taureau éléphant, rancunier comme la mule du Pape, qui n'oublie jamais de ne pas pardonner...

Comme le Taureau classique ne s'intéresse qu'à son programme et se ferme à tout ce qui n'est pas directement son objectif, il peut concentrer toutes ses forces sur le but qu'il s'est donné: cela lui assure une efficacité formidable. C'est le règne du Minotaure, le monstre dévoreur d'êtres humains.

LA FEMME TAUREAU
Certains signes sont faciles à reconnaître du premier coup d'oeil: la famille Bélier a un faux air de l'animal du même nom; les gens du Cancer ont l'oeil humide comme la marée; les Scorpions, par contre, ont l'oeil hypnotiseur; les Balances font onduler l'air tout autour d'elles, tandis que les Capricornes font facilement descendre la température au-dessous de zéro... Lorsqu'on débute en astrologie, on reconnaît facilement une femme Taureau: visage large, surtout à l'étage des mâchoires, parfois les yeux écartés, cou fort, démarche lente. Elle a une belle voix chaleureuse; Lorsqu'elle a dépassé la quarantaine, elle a tendance à être « bien en chair ». C’est cette matrone épanouie, dodue, à la peau lisse et fraîche, dans le style grand-mère indulgente ou Junon tout en rondeurs. Elle reste belle très longtemps.

S'il s'agit d'une Taureau plus jeune, elle est mince parce qu'elle surveille sa ligne. C'est seulement l'ouverture du visage qui trahit l'appartenance au Taureau: une peau fraîche, des yeux grand ouverts... Et aussi, contrastant avec ces civilisées plates comme des limandes, beaucoup de générosité à l'étage de la poitrine ! Elle vient vers vous directement, sans hésiter, et vous parle droit dans les yeux. Elle a un grand rire chaleureux et communicatif et vous vous sentez réchauffé! Son physique et son comportement sont essentiellement accueillants. On dit d'elle qu'elle a une grande aptitude aux relations humaines. C'est une femme gaie, pratique, qui aime les gens, les enfants, les fleurs, les animaux... Elle aime surtout l'amour.

Voyant venir les hommes de loin, elle prend tout son temps pour décider si c'est oui ou si c'est non: ce n'est pas quelqu'un d'impulsif. Elle se décide seulement quand elle sent que c'est mûr. Si on la bouscule, c'est la catastrophe. La voilà bloquée dans une longue frigidité. Par contre les amants patients et altruistes sont ici récompensés: la femme Taureau est peut-être la plus sensuelle de tout le zodiaque. C'est le printemps personnifié... extrêmement sensible aux odeurs, aux couleurs, aux sons, elle excelle partout où cette sensualité peut s'employer, que ce soit la peinture, la cuisine, l'amour, ou l'art des jardins... Bref, tout ce qui est « art ».

Elle est souvent très élégante, de l'élégance que l'on appelle classique et raffinée, c'est-à-dire quelle n'éprouve pas le besoin d'être extravagante. Mais elle aime les belles matières: soie, cachemire, fourrures... Certaines femmes du zodiaque peuvent vivre dans un état de demi ou complète frigidité et s'en accommoder assez bien. Pour une femme Taureau, c'est impossible: sa nature est trop profondément vénusienne (c'est-à-dire marquée par Vénus, planète de l'amour, et par la Lune, symbole d'affectivité). La catastrophe des catastrophes, c'est la femme Taureau qui a plusieurs années de frigidité ou de frustrations derrière elle. C'est là qu'on voit apparaître la Taureau vache! Encore que l'injure faite à cette bonne bête du Bon Dieu soit incompréhensible... car la vache la plus vicieuse ne sera jamais aussi méchante qu'une Taureau frustrée depuis des années.

La mère abusive, super possessive qui détruit ses enfants en les maternant à l'excès, est Taureau (comme beaucoup de mères d'homosexuels). La belle-mère jalouse, descendue tout droit d'un feuilleton du XIX° siècle, celle qui s'acharne à démolir le ménage de ses enfants (elle y réussira parfaitement), est Taureau. Et aussi l'avare qui croupit sur son tas d'or pendant que ses enfants sont sur la paille. Enfin, la vache enragée, la folle de Chaillot, complètement emmurée dans son idée fixe obsessionnelle, c'est elle aussi ! En plus, elle devient capable de mentir et de fabuler, alors qu'une Taureau normale, messieurs, sachez-le, ne ment jamais. Heureusement que de nos jours il est très rare de trouver de tels cas depuis que le M.L.F. a libéré les femmes. En somme, les bons sillons et les bonnes pentes se prennent jeune quand on est Taureau! Après l'âge mûr on n'a plus la souplesse nécessaire pour changer de champ...

valou

Messages: 1238
Date d'inscription: 20/04/2011
Age: 45
Localisation: Chambery

Revenir en haut Aller en bas

Re: portraits des signes astrologiques

Message par valou le Lun 25 Avr - 21:09


L'HOMME GEMEAUX
A mi-chemin entre ciel et terre, le vrai double nœud! Qui s'y retrouvera ? Sûrement pas lui, qui a une conscience aiguë de son dédoublement intime. Au tréfonds de son être, l'un des jumeaux regarde l'autre agir et le juge. Castor et Pollux symbolisent le dialogue de l'homme avec lui-même, aux différents niveaux de son mental. Ce dialogue permanent est placé sous la maîtrise de Mercure, planète (et dieu) de l'intelligence, des voyages et du commerce. En un mot, de tout ce qui est communications (particulièrement spatiales, puisque c'est un signe d'air!).

L'homme Gémeaux est le roi du système « D » : malin, bavard, communiquant facilement avec son entourage, il pige au quart de tour, réagit en un tour de main, fait trois petits tours et puis s'en va. C'est facile à comprendre: il n'embarque jamais qu'un seul Gémeaux à la fois dans une entreprise. Dès que ça tourne mal, il tire son épingle du jeu et la pique ailleurs. Les merveilleux diplomates (Henry Kissinger), les habiles commerçants, les escrocs qui glissent entre toutes les polices, sont Gémeaux. L'ascendant Gémeaux, ou Mercure, en Gémeaux, apporte dans un thème une vivacité, une intelligence, une astuce extrêmes. Gémeaux ascendant Gémeaux, c'est diabolique! Et insaisissable. Les grands humoristes ne manquent pas d'être un peu ou très Gémeaux : Daninos, Tristan Bernard, Offenbach, Rivarol... et même Madame de Sévigné qui avait la Lune dans ce signe.

L'homme Gémeaux a un bel équilibre physique et (humeur charmante (surtout jeune, d'ailleurs). Si l'un des jumeaux va mal, l'autre va bien et rattrape la situation. II retourne volontiers sa veste, change de cap à la moindre brise. II a bien du mal à prendre une décision et à s'y tenir. Capable de changer dix fois d'idée en cinq minutes, la persévérance n'est pas son fort... A moins qu'il 'il n'ait réussi à embarquer pour une fois les deux Gémeaux sur une même fusée. Alors là, plus rien au monde ne peut le faire changer. Ce n'est plus de la persévérance, c'est de l'entêtement !

Les Gémeaux fantaisistes, aériens et imprévus sont les courants d'air qui font claquer les portes. Cette mobilité de vif-argent les pousse à voyager, à changer de métier, d'horizon, le plus souvent possible. Ils ont horreur de la monotonie, on ne s'ennuie jamais avec eux. Nés à la fin du printemps avant la maturité de l'été, ils sont comme les jeunes chiens: ils mordillent pour s'amuser tout ce qui leur tombe sous la dent, jouent à cache-cache avec les visiteurs, frétillent de la queue et se sauvent dès qu'on veut leur mettre une laisse. Ils sont marqués profondément par le goût du jeu: jeux intellectuels (ce sont d'éternels étudiants), jeux sportifs, et jeux amoureux.

L'homme Gémeaux n'en finit pas de sortir de l'adolescence. L'ambivalence sexuelle de Mercure, le marque fortement, aussi a-t-il souvent un aspect « unisexe ». Tandis que les filles ont des allures de garçon manqué, les hommes, avec leur mince silhouette aérienne, leurs traits fins (leurs cheveux longs!) donnent une impression de féminité. Avec l'âge, cette ambiguïté disparaît. Ni Johnny Hallyday, ni Sartre, ni Rainier de Monaco n'ont l'air de fillettes! Philippe d'Edimbourg et John Kennedy ont cette blondeur souple et mince qui caractérise les Gémeaux longilignes et leur donne un très grand charme.

II est très difficile à un Gémeaux de s'engager totalement en amour comme en affaires. II flirte, il frôle, il taquine... Mais il se défend de toutes ses forces contre la passion. II ne veut pas être piégé, il a peur d'aimer et peur des femmes... ce qui ne l'empêche pas d'être follement généreux - et dépourvu de mesquinerie. Lorsqu'il rencontre une femme séduisante, il faut absolument qu'il la découpe en morceaux pour l'inspecter au microscope de son esprit acéré. Cela peut prendre du temps et se termine généralement à la poubelle... Une fois dépecée, serez-vous encore capable de ramasser les morceaux ? II cherche désespérément sa fameuse jumelle astrale... qu'il aura un certain mal à trouver. Comme tous les signes d'air, il a tendance à mépriser la matière, la réalité biologique et, par suite, l'amour et les femmes. Le Gémeaux peut battre tous les records de misogynie. Pour être heureux, il doit se trouver une femme très forte, qui obligera les deux jumeaux à lui faire face (sinon, il y en aura toujours un qui lui tournera le dos).

Ayant horreur de la monotonie, il aime changer de partenaire pour varier les plaisirs. Il est, de toute façon, incapable de soutenir un effort très longtemps. Ses émotions sont violentes, mais ne durent pas. Ne comptez pas sur lui pour les éternels regrets... Ce besoin intense de changement l'amène souvent à se partager entre une épouse et une maîtresse et il ne peut sacrifier ni l'une ni l'autre. La bigamie est chez lui une institution (cas aussi de la Balance). A défaut de bigamie, il affectionne les situations en triangle: être l'amant de la femme de son meilleur ami, ou le contraire s'il a des tendances homosexuelles. N'allez pas croire pourtant qu'ils sont tous comme ça: rien ne ressemble moins à un Gémeaux qu'un autre Gémeaux... Castor et Pollux étaient de faux jumeaux semble-t-il, puisque ta tradition leur donne des caractères assez différents... Ces demi-frères ne sont pas tous des faux frères !

LA FEMME GEMEAUX
Rien n'est plus gai, plus drôle, plus provocant qu'une petite nymphette Gémeaux dans la fleur de sa jeunesse. Elle saute, danse, pirouette, pétille... et ferait rire un régiment de mormons. Cette mousseuse petite personne a le geste vif, l'œil en amande et la langue pointue: gare au malheureux qui reçoit une de ses flèches en plein cœur. Ses allures de garçonne, sa silhouette androgyne émeut plus d'un homme (particulièrement les barbares qui ne rêvent que de ballets rosés).

Très artiste, fort adroite de ses mains, elle sait tout faire: en deux temps trois mouvements elle se confectionne une merveilleuse robe du soir dont elle a inventé le modèle. Elle mijote des plats exotiques qui font les délices des copains. Elle danse, elle pratique tous les sports avec adresse et entrain. Elle peint, dessine, sculpte, bricole... Signe d'adolescence, elle est au mieux de sa forme entre quinze et vingt cinq ans. Ensuite, elle garde plus longtemps que les autres l'air jeune et l'allure sportive, mais elle a aussi plus de difficulté à atteindre sa maturité de femme.

Si elle n'a pas sa pareille pour aguicher les hommes, elle sait beaucoup moins bien exploiter ses conquêtes. Elle n'est que très moyennement douée pour l'amour. Elle manque de tempérament (sauf si elle est Taureau ou Balance). Plus cérébrale qu'instinctive, elle est au fond très désarmée devant les choses de la vie. Certains hommes le sentent et cela attendrit (le Bélier, par exemple). Ils ont envie de la protéger, d'autant plus qu'elle ne leur fait pas très peur. Elle est bien incapable de réussir à coincer un homme, comme le font les femmes des signes de terre. Son génie est fait d'adaptation souple, de fantaisie ailée, de gaieté. Elle garde longtemps le goût du jeu et s'amuse de tout.

Quand elle est jeune, et si elle est heureuse, elle ne prend jamais rien au tragique. Par contre si elle vieillit mal, c'est un vrai désastre. Elle est capable de s'entêter dans un comportement aberrant de tourner les choses au tragique... Comme son jumeau astral, elle a du mal à se décider, mais une fois les deux jumelles parties, c'est fini ! On est alors surpris de la trouver si acharnée si braquée. C'est un effet de l'orgueil qu'elle a parfois immense. Elle a naturellement au début de la vie du mal à se fixer : elle papillonne, butine les hommes et les métiers, s'éparpille... Pourtant elle se stabilise plus facilement que son frère Gémeaux si elle trouve l'homme qu'il lui faut. Là encore elle a quelques difficultés: exigeante, idéaliste, elle veut un homme parfait! Quand elle a bien cherché et enfin constaté qu'il est introuvable, elle baisse un peu ses prétentions et se contente de moins.

Elle aura de toute façon beaucoup de mal à poser enfin ses pieds sur terre (si elle est Gémeaux pure). Si elle est davantage Vierge, Capricorne, Taureau, elle sera plus réaliste. Elle devient une excellente mère, attentive et dévouée, et de plus, gaie, ce que les enfants adorent! Mais son affection manque de chaleur physique; elle a tendance à brusquer un peu son monde, ce dont souffrent les enfants timides et hyper-sensibles. Enfin, la fragilité nerveuse des Gémeaux favorise les dépressions et les névroses, surtout chez les femmes.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par valou le Lun 25 Avr - 21:21, édité 1 fois

valou

Messages: 1238
Date d'inscription: 20/04/2011
Age: 45
Localisation: Chambery

Revenir en haut Aller en bas

Re: portraits des signes astrologiques

Message par valou le Lun 25 Avr - 21:13


L'HOMME CANCER
Son portrait est tout entier dans le dessin qui le symbolise. A quoi ressemble-t-il ? A deux coquillages qui s'embrassent ? A deux foetus jumeaux dormant tête-bêche ? A un espace clos par deux pinces ? A tout cela à la fois... Survivant de l'ère primaire, le crabe n'est jamais sorti de la mer de Craie ni des mystérieuses lagunes du Jurassique (où il tenait compagnie au brontosaure !). Voilà bien cinq cents millions d'années qu'il se cache au fond de son trou d'eau, il n'y a pas eu moyen de le tirer de là. Ce grand timide a peur des tempêtes, il se replie au fond de sa carapace. Sa sensibilité est extrême et le moindre heurt le fait se rétracter, touché au vif. Nostalgique du passé, ce fossile vivant n'a pas encore compris qu'on était arrivé enfin à l'ère quaternaire, celle des bipèdes volants. Attaché à sa famille, à ses parents, au passé, il est de tempérament tout à fait conservateur. Comme l'éléphant, il n'oublie jamais rien: ni ses amis, ni ses projets, ni les injures reçues...

Sa mémoire est étonnante: c'est un buvard. Véritable « enzyme glouton », le Cancer ingurgite tout ce qu'il entend, tout ce qu'il voit, tout ce qu'il lit. II emmagasine la matière première de ses songeries. C'est ce tempérament si caractéristique qui a permis à Proust cette rumination du passé, cette « recherche du temps perdu... » qu'on finit toujours par retrouver en rêve. II mûrit très tard et reste fortement marqué par l'image de sa mère, dont le rôle reste prépondérant dans la formation de sa personnalité. Toute sa vie, l'homme Cancer aura besoin de se sentir materné par une femme: s'il ne peut se détacher de sa propre mère, ce vieux petit garçon ne pourra se marier et fonder un foyer heureux (ce fut le cas de Proust). Mais, le plus souvent, il choisit une forte femme épanouie et maternelle, auprès de laquelle il cherche abri.

D'une vive curiosité en ce qui concerne les femmes, il s'intéresse à toutes celles qu'il rencontre, comme on aime lire un nouveau livre: il lés fera toutes passer dans son cabinet de lecture. Le Cancer aime une vie familiale protégée et douillette, prolongée par un cercle d'amis choisis qui lui fait un rempart contre !a dureté du monde extérieur. A ces amis, il reste toujours extrêmement fidèle. Cette enfance prolongée explique sa difficulté à atteindre sa maturité d'homme et beaucoup de ses échecs conjugaux lorsqu'il s'est marié trop tôt. Comme il a l'air fragile et vulnérable, ce Cancer... De loin, on croit qu'on va pouvoir l'attraper facilement. Ce n'est pas si sûr. II faut avoir pratiqué la pêche au crabe pour savoir que le crustacé est aussi malin que fuyard. Son génie, c'est la résistance passive et massive. II n'y a rien à faire: c'est un éléphant (ou une baleine). Plus d'une s'y casseront les dents. Le Cancer n est facile et souple qu'en apparence.

Et quand on croit le saisir, pfft ! II vous glisse entre les mailles du filet. (Ne pas oublier que les signes d'eau ont le génie de l'évasion : ils passent leur vie à rêver d'être ailleurs... Heureusement que la Terre est ronde, sans quoi on ne les rattraperait jamais. Dieu sait dans quelle galaxie impossible ils se laisseraient couler!). Et puis, le Cancer n'est pas si gentil que ça. Ce n'est pas pour rien que le Bon Dieu, le jour de la grande distribution des pinces, lui en a donné deux énormes, si grosses qu'on ne voit que ça. Vous pensez bien que ce n'est pas uniquement pour la décoration et qu'il les utilise bel et bien: le crabe est un prédateur. Les jeunes crevettes, pas folles, rament vers le large quand elles le voient pointer une pince hors de son trou.

Le Cancer est ambitieux possessif, jaloux. Quand il a une idée sous sa carapace, il ne la lâche pas. Et quand il prend quelqu'un sous son influence, il ne le lâche pas non plus. Mais son agressivité ne s'exprime jamais directement... puisqu'il marche en biais! Et même avance à reculons. Ce mode de locomotion très spécial donne l'impression que le Cancer ne progresse guère en avant. En effet, il manque de dynamisme affectif: en amour, il attend que les crevettes lui tombent toutes rôties dans les pinces. Pourtant, en affaires, il se défend bien: là, il est soutenu par l'ambition, qui est toujours sa passion dominante et qui peut le mener loin (jusqu'à la présidence de la République s'il s'appelle Pompidou!). Son charme et sa discrétion cachent un grand amour du pouvoir... parce que Jupiter (maître des dieux dans la mythologie antique) est « exalté » dans le signe du Cancer.
Sa passivité lui est ici très utile et lui permet de résister aux coups. Sous son air vulnérable, le Cancer est plus coriace qu'on ne le croirait. Ici aussi il fait bien davantage penser à la pesanteur de l'éléphant qu'aucun obstacle n'arrête sur sa route.

Les femmes qui aiment un Cancer doivent savoir que son ambition passe presque toujours avant son amour. Le sexe ne l'intéresse pas vraiment: son besoin d'affection est plus intense que ses exigences physiques. Mais s'il a un ascendant Taureau, Bélier, Sagittaire, Poissons, Scorpion, au contraire, le sexe l'intéressera et sera valorisé par ce don de tendresse qu'il a toujours: il est le plus sensible, le plus tendre, le plus délicat des hommes. Aussi lui pardonne-t-on ce qu'on ne pardonnerait jamais à d'autres. II n'y a qu'un Cancer pour traiter une femme comme un meuble chauffant, avec tant de gentillesse et de naturel que le « meuble » met des années avant de songer (avec remords) à la révolte. Dans toute relation amoureuse avec un Cancer, ce qui le plus important et intéressant, c'est l'intimité tendre du coeur, et l’amitié. Une femme ne compte pour lui que si elle est d'abord une amie à qui il puisse se confier. Sinon, elle n'est rien.

LA FEMME CANCER
Yeux doux, port de tête penché, intonations rêveuses: la femme Cancer se reconnaît à son sourire tendre et un peu chinois, qui vous enveloppe dès le premier contact. Au fond, c'est le moins inquiétant et le plus humain de tous ces signes d'eau à double fond, qui séduisent et désorientent tant des gens non aquatiques. Entre les Poissons qui dérivent entre les continents sur leur océan sans fond et les Scorpions qui croupissent dans leurs eaux noirâtres, le Cancer fait figure de brave animal de plage familier, comestible à l'occasion, et pas du tout maléfique. (Quant à se mettre sous la dent une Poissons, beaucoup de gens préfèrent être végétariens!).

La femme Cancer a donc, comme l'homme du même signe, quelque chose de rassurant. Pourtant elle est beaucoup plus dynamique, active et courageuse que lui. Elle ne donne pas cette impression de passivité massive caractéristique du crabe zodiacal au masculin. Le signe est classé comme féminin par la tradition astrologique. Aussi les femmes évoluent-elles naturellement plus à l'aise que les hommes dans ces eaux mères océaniques. La Lune est perçue comme féminine. D'autre part, la planète Jupiter, qui, comme la Lune, marque le Cancer semble avoir une influence plus forte sur les femmes du signe. Jupiter, qui est un Soleil en plus petit, symbolise le goût du pouvoir. Aussi n'est-on pas étonné de constater que les cancériennes sont ambitieuses, possessives, quelles aiment tenir leur ponde, mais surtout sans en avoir l'air. Elles aiment commander en séduisant (ressemblant par là beaucoup à leurs soeurs du Scorpion, qui aiment posséder les gens sans qu'ils s'en doutent !)

Malgré ce merveilleux sourire, ces dames Cancer ne sont pas si faciles que ça à caser. Tous les hommes n'acceptent pas de se laisser dominer, même en douceur, et, aussi bêtes qu'ils soient, ils finissent toujours pas s'en apercevoir. Cela pose un problème aigu de hiérarchie: la cancérienne doit trouver soit un homme très faible, jeune bigorneau qu'elle croquera sans difficulté (et après il faudra en chercher un autre), soit un homme beaucoup plus fort qu'elle, en qui elle aura confiance et à qui elle se remettra - non sans combats. C'est cette dernière version qui la rendrait la plus heureuse, et c'est possible avec un Taureau ou un bon Scorpion.

Son aimable façade apparemment sans problèmes cache un monde de sentiments secrets et complexes, aussi ne se livre telle que rarement tout entière. Si elle est chaleureuse dans ses sentiments, ses amants lui reprochent souvent une certaine froideur physique. (Ici encore, une planète Vénus bien aspectée peut améliorer les choses.) Beaucoup de femmes sont incapables de vivre seules: la femme Cancer, au contraire, très forte et autonome, est capable de se débrouiller parfaitement et de mener brillamment sa barque, même lorsqu'elle est seule.

Elle est capable, dans cette solitude, d'assurer l'éducation de ses enfants. C'est la femme la plus maternelle de tout le zodiaque. Elle qui est d'humeur assez douce en général, la voilà transformée en tigresse lorsqu'il s'agit de défendre ses enfants! Elle les comprend admirablement, les aime tendrement et ne les abandonne jamais. Elle a aussi vis-à-vis de ses subordonnés cette attitude maternelle, aimable et ferme qui la rend très agréable lorsqu'elle a un poste de responsabilité. Elle est très appréciée professionnellement: on aime sa compétence, sa solidité, son sérieux, sa ténacité (les pinces du crabe!). On peut lui faire confiance. Comme l'homme du même signe, elle a le génie de l'amitié et sait être fidèle et dévouée à ses amis et amies (qui sont de préférence Scorpion, Poissons, Balance ou Capricorne).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




Dernière édition par valou le Lun 25 Avr - 21:19, édité 1 fois

valou

Messages: 1238
Date d'inscription: 20/04/2011
Age: 45
Localisation: Chambery

Revenir en haut Aller en bas

Re: portraits des signes astrologiques

Message par valou le Lun 25 Avr - 21:18


L'HOMME LION
Si votre interlocuteur vous dit « je suis Lion », son regard s'illumine toujours d'une étincelle de défi : « comme Napoléon », vous lance-t-il triomphant. A croire que tous les Lions sont des condottieri ! Oui... mais... Napoléon, monsieur, était aussi ascendant Scorpion, et bien d'autres choses encore. D'ailleurs, si vous rencontrez un Lion, il vous dira immanquablement : « L'astrologie, quelle blague ! ». En effet le roi des animaux n'aime pas du tout que l'on plonge un regard indiscret dans sa réserve. Il n'y a, de l'avis des astrologues, que très peu de purs Lions : il faut y voir une bonté du ciel à l'égard du genre humain ; par définition cet animal sauvage et superbe est aussi un grand carnassier, armé de griffes et dents aiguës faites pour déchirer la chair de ses victimes. C'est une sale bête ! Mais rassurez-vous : l'espèce sauvage est en voie d'extinction. La plupart du temps vous rencontrerez des Lions de réserve, tout gentils et civilisés, dont les instincts sauvages se sont bien émoussés. Pour comprendre un Lion il faut regarder le soleil éclatant du mois d'août qui gouverne ce signe. Lorsque ce soleil apparaît dans le ciel, toutes les étoiles pâlissent : tel est notre Lion.

Il occupe, ou veut occuper, toute la place ; il brille tant que les autres n'ont plus leur mot à dire. Quia nominor Léo. dit celui de La Fontaine : « parce que je me nomme Lion, j'ai tous les droits »... C'était bien l'avis du Roi Soleil, de Napoléon, de Mussolini et de quelques autres... Le Lion du type supérieur est toujours rayonnant c'est-à-dire qu'il a l'autorité naturelle qui en impose, il vous en met plein la vue et on se laisse impressionner par son abattage. Il fera tout pour briller : les Lions aiment le faste. C'est Laurent le Magnifique (Lion-Balance) ou l'incroyable Dumas Père ruines successives pour entretenir ses amis, ses maîtresses, ses enfants et ses parasites. Le Lion est un mécène et sa caractéristique essentielle est la générosité (« vous êtes mon Lion superbe et généreux »). Gai, chaleureux, le Lion dispense autour de lui la joie de vivre : il aime la musique, le théâtre, le sport, il sait mettre de l'ambiance, c'est un merveilleux animateur... mais il tire la couverture à lui, il n'y en a que pour lui. D'où ses heurts avec quelques autres signes du zodiaque qui ont la même disposition : le Bélier, qui mène ses troupes bille en tête (et que ça saute !) ; le Scorpion, qui tient son monde d'une pince de fer, le Cancer, qui s'accroche pour être le premier partout. Ajoutons aussi le Capricorne, qui finit toujours par grignoter la première place, et le Sagittaire, auquel on ne peut guère résister.

Le soleil est le symbole de l'affirmation consciente du Moi : le Lion convertit toutes ses ressources instinctives en activité. Il est avant tout pratique et réalisateur et ne marine jamais dans la fosse des rêvasseries stériles ; les sentiments « platoniques » et les idéalismes brumeux ne sont pas pour cet animal des pays chauds. Il a une particularité très spéciale : il adore manoeuvrer les gens qu'il a tendance à utiliser (Napoléon parlant de la Légion d'honneur : « C'est un hochet mais c'est avec des hochets que l'on mène les hommes. ») Prenant les hommes pour des pions sur un échiquier, il a bien plus encore cette attitude avec les femmes. Il déteste les femmes indépendantes, intellectuelles et autonomes... S'il les admire, il ne veut pas que la sienne soit comme ça.

Lorsqu'il fait la cour à l'élue de son cœur il jette à ses pieds tout l'or du Colorado et l'argent du Mexique. Il fera tout pour l'éblouir. Sa première idée sur les femmes c'est que toutes peuvent s'acheter, à condition d'y mettre le prix. La seconde, qu'une femme se soumet par le sexe, et que si on lui en offre autant qu'elle veut, le problème est réglé. (Il n'imagine guère que les femmes puissent avoir un besoin d'échange affectif et intellectuel.) La troisième, que si elle se refuse c'est qu'elle est frigide, donc inintéressante. Pauvre Lion... avec cette vision simpliste il a bien des ennuis !... et même quand il peut payer il se fait d'autant plus posséder. Son grand problème, c'est son angoisse secrète d'impuissance. Comme il met toutes ses forces instinctives et physiques au service de l'ambition, il lui en reste assez peu pour l'amour (bien sûr, c'est variable selon le signe qu'occupe Vénus dans chaque thème individuel).

Jeune, c'est certes un amoureux passionné, et qui en veut mais ce jeune Lion a sans arrêt besoin d'être rassuré. De se prouver à lui-même et aux autres qu'il est puissant. Pour lui un moment d'impuissance est un drame. Quand il a compris que personne n'est à l'abri de ce genre d'incident et que l'âge n'arrange pas les choses, il abandonne la partie, même relativement jeune ; il préfère se rassurer sur sa puissance en se taillant la part du Lion dans la politique ou les affaires où il aime orchestrer les grandes manœuvres.

Tous les Lions ne sont pas rugissants et, comme dit le Larousse, « le Lion pris jeune s'apprivoise facilement et demeure en général un animal de ménagerie tranquille et pacifique». Bon père de famille, attentif à l'éducation de ses enfants, très protecteur, c'est l'un des hommes du zodiaque le plus facilement heureux. A condition d'avoir pu imposer sa loi, il est content de lui et des autres et ne se pose pas de problèmes. A cause de cela, il est souvent facile à vivre. Certains Lions ont des colères dévastatrices, que d'autres ont réussi à maîtriser. Le Lion présente des visages assez différents selon son thème astral : vous avez le choix entre le lion de Saint-Marc, le lion de Judas, ou le lion des pucerons...

LA FEMME LION
Elle n'est pas différente de son frère du zodiaque ; même éclat, même autorité, même esprit pratique et entreprenant, même aptitude aux grandes manœuvres. La Lionne du type fort se remarque à son allure, sa distinction, son assurance. Elle ne rugit pas toujours, mais plus souvent elle est douée d'un rire puissant et irrésistible avec lequel elle cloue le bec à ses contradicteurs. Elle défend son morceau et ne fait pas de cadeaux. Les Lionnes fortes ont le génie de se mettre en valeur: ce sont des stars ! Elles règnent sur un cercle incontesté d'amis et d'admirateurs, qu'elles fascinent par leur entrain et leur confiance en elles-mêmes.

Leur générosité protectrice aime se pencher sur les chiens éclopés, les écrivains méconnus, les artistes débutants... C'est un côté assez sympathique de la Lionne, ce courage pour défendre ses protégés, ses idées, comme ses enfants. Elle n'a jamais peur de braver l'opinion publique : elle le fait en imposant son choix aux autres. Elle est née pour être un chef. Malheur à celui qui ose contester l'autorité de Sa Majesté Lionne : il sera promptement rejeté dans les ténèbres ! Les Lionnes s'y entendent comme personne à culpabiliser leurs contradicteurs. Si une lionne décide de divorcer, elle persuadera du même coup son ex-mari que c'est lui qui a tous les torts.

Pourtant toutes n'ont pas ce côté écrasant. Nous en connaissons de très douces, très peu rugissantes, qui se demandent bien comment elles ont bien pu tomber dans le signe du Lion. Où sont mes griffes ? Ma crinière ? Mes dents de carnassier ? Celles-là ont tout de même, à des degrés près, des caractéristiques léonines : d'abord l'art de faire marcher les gens en douceur. Non pas qu'elles soient dominatrices, mais elles amènent leur conjoint et leur maisonnée à faire ce qu'elles veulent. Leur douceur cache beaucoup d'énergie et d'efficacité. Réalistes aussi, très souvent dans leurs affaires de cœur. Elles ne rêvent pas : elles agissent.

Le sexe n'est pas très important pour elles. Elles s'en passent facilement et s'accommodent de ce qu'elles trouvent. Qu'un homme soit très exigeant ou très insuffisant dans ce domaine, elles s'y adaptent. En fait, elles sont beaucoup plus intellectuelles que sensuelles ou affectives. Leur art amoureux est très étudié, très organisé, très conscient beaucoup d'artifice en somme. Elles sont à l'opposé des Taureaux ou des Poissons, tout en instincts sauvages ou en sentiments incontrôlables.
Toutes les Lionnes que nous connaissons ont des dispositions intellectuelles - cultivées ou non.

Enfin, quelle que soit l'espèce, elles ont de remarquables aptitudes pour les affaires. Réalistes, calculant froidement, elles ne se laissent pas égarer par des considérations affectives ou physiques. Elles savent se faire respecter. Ce sont des femmes de tête. Mata Hari était Lion ; qui s'en étonnerait ? En fait, à griffes égaies, elles sont beaucoup plus fortes que les hommes. Elles ont du mal à s'entendre avec les Scorpions, les Capricornes et les Taureaux, hommes ou femmes qui leur résistent par des moyens souterrains qu'elles n'ont pas. Une bonne entente avec ces signes ne peut se faire que dans ce respect mutuel, et si leur thème facilite les choses. Mademoiselle Chanel, Sylvie Vartan, Anne Gaillard sont assez représentatives du courage et de l'esprit d'entreprise des Lionnes.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

valou

Messages: 1238
Date d'inscription: 20/04/2011
Age: 45
Localisation: Chambery

Revenir en haut Aller en bas

Re: portraits des signes astrologiques

Message par valou le Lun 25 Avr - 21:27


L'HOMME VIERGE
Comme c'est étrange... dans le zodiaque, le seul être humain à part entière est une jeune fille ! (Ne parlons pas des Gémeaux, qui sont deux demi-portions, du Sagittaire, à moitié cheval, ni du Verseau, qui n'a d'intérêt qu'en tant que fontaine !) La Vierge est figurée sans aucun attribut spécial... Elle existe en elle-même. La liturgie chrétienne, en accord avec le zodiaque, fête la Nativité de la Vierge Marie le 8 septembre. Aussi le sens profond du signe de la Vierge est-il la réceptivité à l'esprit. Voilà peut-être pourquoi beaucoup d'intellectuels sont marqués par ce signe : Hegel, Goethe, Tolstoï, Ronsard, Boileau, Chateaubriand, etc. Très souvent, ils sont attirés par les sciences de la nature: Physique, chimie, biologie... (Cuvier, Lavoisier, Lord Rutherford, Maeterlinck, Diderot qui avait quatre planètes en Vierge). Ce goût très vif pour la nature n'est pas étonnant dans un signe de terre. S'ils n'arrivent pas tous à un très haut niveau d'intelligence, on remarque généralement chez eux une grande aptitude à la réflexion et des dispositions pour les études. Ce sont des philosophes nés.

La plus grande qualité des Vierges est leur sérieux : ce sont des gens sûrs, à qui l'on peut donner sa confiance (peut-être les plus sûrs collaborateurs). Leur angoisse profonde se transforme en exigence de perfection. Ils prennent le temps de fignoler impeccablement leur travail, aussi sont-ils relativement lents. Ils ont un extraordinaire sens de l'ordre et du classement, et la même persévérance dans leurs entreprises que les Taureaux ou les Capricornes (ex. : Colbert). Travailleurs acharnés, le temps ne compte pas, ils ont l'éternité devant eux... Leurs défauts ? Le mieux est l'ennemi du bien ! Appliquant toute leur énergie à un domaine bien délimité et précis, ils manquent de hauteur de vues et se notent dans le détail. Travaillant à ras de terre, leur manque d'envergure en fait plutôt d'excellents seconds que de grands chefs.

Mais les exceptions existent : la position des planètes et de l'ascendant dans certains secteurs du thème peut apporter justement cette envergure. Ainsi François Ier (Vierge ascendant Gémeaux, Soleil conjoint à Jupiter en Vierge), et le cardinal de Richelieu (Vierge ascendant Scorpion). Comme l'homme Vierge a le sens aigu des limites à ne pas dépasser, il a une haute idée de la morale et de la justice. D'où, parfois, un côté moralisateur qui ne plaît pas à tout le monde. Les astrologues modernes distinguent deux types : la « Vierge sage », gouvernée par Mercure (symbole de l'intelligence et de la relation), et la « Vierge folle », sous l'influence de Cérès (symbole de dispersion). Cette petite planète lui donnerait le comportement anticonformiste et farfelu observé parfois chez certains Vierge, tel Jarry, créateur du Père Ubu.

En amour, l'homme de ce signe est le Prince charmant dont rêvent toutes les adolescentes. Gentil, serviable, tendre, délicat, il fait passer l'amitié et l'affection avant la conquête. Il idéalise et intellectualise ses relations avec les femmes. Elles l'intéressent toutes, à la fois parce qu'il est né sous un signe féminin et parce qu'il est fin psychologue, curieux des gens et des choses. Il n'y a pas plus tolérant, plus aimable et plus féministe que lui. On ne peut rien prévoir sur ses amours si l'on ne tient pas compte de son problème essentiel : il atteint très tardivement sa maturité sexuelle. C'est vrai de tous les signes de terre, mais plus encore pour lui, Vierge, il le reste très longtemps, parfois au sens littéral du mot, en tous les cas dans un sens affectif. On ne devrait jamais forcer cet homme timide et réservé à se marier avant trente-cinq ans, si ce n'est quarante ! Avec lui, un mariage trop précoce est voué à l'échec : son manque d'expérience ne peut qu'angoisser une jeune fille, que la déception rend alors injustement cruelle à son égard.

Heureusement, la vie l'aide à se débarrasser de ses inhibitions. Le contraste est total avec le Lion, qui, lui commence très tôt sa carrière amoureuse et l'abandonne souvent à quarante-cinq ans... C'est à cet âge-là que l'homme Vierge est au mieux de la sienne, qu'il poursuivra jusqu'à l'extrême vieillesse. Il est alors capable d'être un excellent amant, qui n'a rien à envier aux autres signes. Il a naturellement un goût profond de la fidélité. Mais la vie et les déceptions (ainsi que l'influence de la planète Cérès) peuvent le pousser au contraire vers les amours folles et multiples où il éparpille ses forces (François Ier, César Borgia, Charles de Foucauld, Louis XIV).

S'il n'est pas marié trop jeune, et s'il a trouvé la femme qui lui convient, il est un excellent mari, fidèle, stable, tendre, très affectueux avec sa femme et ses enfants. Cet être tranquille s'occupe chez lui à ses livres, à son jardin, à ses animaux ; il aime bricoler, il passe des heures à peindre, à écrire, à astiquer et à classer ses collections. Ne le trompez pas : il le comprendra moins qu'un autre et son sens moral en sera très profondément choqué. Jaloux ? Oui, bien sûr, comme tous les signes de terre, très possessifs. Avare ? Oui, cela peut arriver, les problèmes d'argent l'angoissent facilement. Maniaque et sadique ? Parfois, s'il est mal dans sa peau et dans son ménage. Et si sa femme n'en a pas trouvé le mode d'emploi ! Mais c'est le plus souvent un être bon et stable, dont l'égoïsme n'est pas agressif : il est soupe au lait sans méchanceté. A signaler que beaucoup d'hommes Vierge restent célibataires, tandis que d'autres son homosexuels, sortant ainsi du cadre de cette étude.

LA FEMME VIERGE
Elle a souvent un faux air de Madone du Trecento : enveloppée dans sa douceur comme dans un voile, elle a des gestes lents et des traits réguliers. Selon les ascendants, l'ensemble peut être très chaleureux ou très froid. A vrai dire, la froideur est plus fréquente, soulignée par un habillement très classique : la Vierge a horreur de l'excentricité, des modes voyantes et du scandale. C'est une fille convenable qui ne s'exhibe jamais (d'ailleurs elle ne raconte jamais non plus ses amours, même aux intimes. La Vierge ne se déshabille pas...). A cette sainte fille il ne manquait qu'une auréole : c'est son côté moralisateur, son sens aigu du « devoir », de ce qu'on « doit » faire ou ne pas faire. Ne se permettant guère d'écarts, elle juge assez sévèrement autrui. Elle a le génie de culpabiliser les autres... et n'est jamais indifférente à l'opinion publique. Elle s'efforce en toutes choses de donner d'elle-même une bonne image de marque. Ce n'est pas de l'hypocrisie, c'est une intense exigence de perfection vis-à-vis d'elle-même.

Une «Vierge sage » de pur type est toujours ponctuelle et toujours tirée à quatre épingles... Pas une mèche folle ne dépasse de sa coiffure sévère. La perfection demande du temps : aussi s'organise-t-elle à l'avance. La Vierge déteste l'imprévu, et les gens qui débarquent quand elle est en bigoudis et la maison pas rangée... Elle se veut parfaite femme au foyer, parfaite mère de famille (et là, elle trouve une merveilleuse occasion de faire la morale à ses enfants !). Elle se veut parfaite épouse et il faut lui rendre cette justice : elle est l'une des femmes les plus fidèles qui soient ! Elle se veut parfaite adjointe et parfaite secrétaire : de fait, on l'apprécie beaucoup professionnellement pour son honnêteté et son sérieux.

Pratique, organisée, maîtresse femme, elle est très attachée à ses biens. Elle n'a pas toujours la générosité facile, un sou est un sou, et tout cadeau un investissement.... Bourgeoise, trop bourgeoise Vierge, amie du confort, conformiste, formaliste ! Tout le monde n'apprécie pas ses charmes discrets. Il y en a que toute cette perfection ennuie à crever ! Heureusement, on trouve dans le chœur des Vierges le type « Vierge folle », qui sent un peu moins l'institutrice. Celle-là n'a pas peur de s'habiller à la va-comme-je-te-pousse. Elle est bavarde, pipelette même. Jamais étouffée comme l'autre type par le souci exagéré des convenances, elle est capable de fantaisie et d'humour, exerçant ainsi son très vif esprit critique. Parfaitement capable d'être infidèle, il lui arrive d'accumuler les aventures.

Ambitieuse, sa grande énergie et son intelligence logique lui permettent d'aller loin et de mener brillamment sa barque. Agatha Christie est de ce type (avec une décence très virginienne : ni violence, ni sang, ni partouzes dans les exploits d'Hercule Poirot !). Les « Vierges folles » sont capables de sortir de l'ombre chère aux sages et de s'exhiber sur un écran. Telles sont Greta Garbo, Ingrid Bergman, Sophia Loren, Romy Schneider, qui représentent un mélange des deux types (comme il arrive souvent d'ailleurs). En amour, les Vierges sont bonnes filles. Leur soif de dévouement est insatiable. Quand elles ont jeté leur dévolu sur un homme, elles investissent sur lui toute leur tendresse et toute leur énergie. Certains apprécient... d'autres non : c'est trop ! Trop de dévouement les exaspère, ils se sentent prisonniers de cette affection envahissante qui exige la présence constante de l'être aimé. La Vierge voudrait qu'on lui tienne la main nuit et jour, qu'on la rassure avec des petites attentions toutes les cinq minutes... A ce régime, certains hommes se sentent pousser des ailes : ils se mettent à voyager énormément pour leurs affaires (peut-être sous l'influence de Mercure, maître de la Vierge et patron des voyageurs de commerce ?). Bref, ils sont de plus en plus souvent absents, ce qui rend la Vierge sage folle de jalousie (la Vierge folle aussi d'ailleurs). La tendre pucelle se change en furie vengeresse et mange du lion. Enragé.

D'autres hommes auront un comportement sadique en face de cette perfection soumise et moralisante. Très masochiste, elle encaissera longtemps sans se révolter, parce qu'elle se résout difficilement au divorce (elle le demandera pourtant dans un violent accès de jalousie). Une Vierge blessée se remet difficilement de son chagrin... Cela explique que l'on rencontre dans ce signe un certain nombre de femmes célibataires qui n'ont pas surmonté un amour de jeunesse malheureux. Encore un mot des Vierges, tant folles que sages : elles savent être d'excellentes amies, discrètes, affectueuses et fidèles. Elles ont aussi l'esprit de famille et le sens de la solidarité entre frères et sœurs.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

valou

Messages: 1238
Date d'inscription: 20/04/2011
Age: 45
Localisation: Chambery

Revenir en haut Aller en bas

Re: portraits des signes astrologiques

Message par valou le Lun 25 Avr - 21:32


L'HOMME BALANCE
II naît à l'équinoxe d'automne, alors que les jours sont égaux aux nuits. A égale distance du printemps (explosion de vie) et de l'hiver (mort de la végétation), il est à mi-chemin entre deux mondes. De là viennent ses talents de négociateur et de diplomate: Gandhi était natif de la Balance. On se souvient qu'il essaya désespérément de concilier les inconciliables : hindouistes et musulmans. Il en est mort, d'ailleurs ! Il n'était pas seulement négociateur : il était philosophe, car le goût des idées et de la réflexion se retrouve souvent chez l'homme Balance.

Enfin, la non-violence qu'il érigea en système est également très caractéristique : les gens de la Balance aiment la paix. Ils essaient toujours de calmer, de rassurer. Ils ont horreur des coups d'éclat, des coups de tête, des coups de théâtre... Comportement équilibré très rassurant pour une femme. Mais aussi, attention aux dépressions nerveuses: tournant son agressivité contre lui-même, l'homme Balance est particulièrement fragile à ce point de vue. Artiste, homme de goût, il est sensible à toute beauté ; il dessine, peint, bricole, sait arranger les fleurs dans un vase... ou tisser ses vêtements lui-même, comme Gandhi. Il est souvent d'une grande habileté manuelle et sait tout faire de ses mains. Comme la Balance est, en principe, gouvernée par la planète Vénus, l'homme de ce signe a souvent d'énormes appétits amoureux. Dès qu'un jupon passe à sa portée, il ne peut s'empêcher de lui faire du charme. Mélange de Don Juan et de Don Quichotte, il prend les femmes pour des moulins à vent (ou le contraire !). Il les consomme comme des objets de collection, avec parfois une fâcheuse tendance à remplacer la qualité par la quantité.

Et comme il n'a jamais le courage de dire non, il sème derrière lui les cœurs blessés. Pourtant, il existe aussi des hommes Balance réservés et même froids : c'est le cas de Louis XIII, surnommé Louis le Chaste, dont le ciel était dominé par Saturne. Cette planète inhibitrice est en exaltation dans le signe de la Balance, ce qui veut dire qu'elle y a une influence très forte ; aussi peut-on également trouver des amoureux très fidèles chez les gens de la Balance. La chose qu'ils détestent le plus au monde est d'être obligés de prendre une décision. C'est simple: un homme Balance n'épouse pas, il se fait épouser... par une petite Bélier décidée, une Lionne habile, ou une Scorpionne que son charme fait rêver. Car il a une voix douce, des gestes lents et harmonieux, un extérieur net et soigné. On trouve aussi beaucoup d'homosexuels dans ce signe (Oscar Wilde).

C'est souvent un misogyne qui s'ignore : il a facilement une attitude d'orgueil, c'est-à-dire de mépris vis-à-vis de la réalité en général et des femmes en particulier. Ce mépris vient d'une aptitude à prendre ses distances vis-à-vis des gens et des choses : il est capable de juger sans s'impliquer. Dans un mariage, un mari Balance a toujours beaucoup de mal à considérer sa femme comme un être humain, libre et égale à lui en droits et en dignité. Objet sexuel, ou appareil électroménager aux caprices biologiques contrariants, voilà comment il la perçoit. Les hommes Balance ne sont donc pas toujours de l'étoffe dont on fait les bons maris... à moins de tomber sur une femme qui sache se faire respecter (Cancer, Lion).

Car le charmant ami facile à vivre peut aussi se changer en doux tyran domestique. Il peut devenir tellement exigeant sur la propreté de ses chemises ou la tendreté du rosbif que sa femme explose et s'en va. Ou encore qu'elle reste en remâchant éternellement sa grogne (ce dont il n'a cure, n'étant pas décidé, lui, à faire d'effort). Dans les avions, on rencontre pas mal d'hommes d'affaires de la Balance. Ils se plaignent de leurs perpétuels voyages : « Ah, vous savez, la vie d'hôtel ce n'est pas drôle ! ». En réalité, ils adorent ça ! Leur signe est d'air ; et l'air, ça circule, c'est bien connu... (Et de plus Air France leur permet de draguer).

Au fond, dans un couple dont l'un des éléments est Balance, le succès dépend de l'autre, qu'il soit homme ou femme, cet autre doit s'imposer à l'élément Balance indécis et le prendre en main en douceur. Ainsi aménagé, un homme Balance est possible... Excellent amant charmant ami, il est aussi un très bon père : il ne s'énerve jamais avec ses enfants, il arbitre leurs conflits de façon juste et calme, anime leurs jeux avec humour et aisance. Il sait s'en faire aimer. A l'époque où les psychologues dénoncent la démission généralisée des pères, il faut tout de même signaler ce fossile rare : l'homme capable d'assumer sa paternité... Dépêchez-vous, il est en voie d'extinction, le modèle ne se fait plus, on solde les tout derniers...

LA FEMME BALANCE

La Balance fait onduler l'air tout autour d'elle. C'est à cela qu'on la reconnaît de loin. Personne n'y résiste et les gens se laissent embarquer sur sa longueur d'onde sans même s'en rendre compte ! Pour bien comprendre une femme Balance, il faut la situer, elle aussi, dans sa saison : en septembre octobre, il ne fait ni trop chaud ni trop froid, l'air est doux et l'été finit en beauté avec des fruits. Les arbres et les forêts prennent des couleurs fabuleuses, avec mille nuances différentes. Telle est la femme Balance : toujours à la recherche de l'harmonie, de la beauté. Elle est comme la douceur d'un très bel automne. C'est un signe plus facile à assumer pour une femme que pour un homme, Vénus gouvernant le signe étant femme !

Les femmes de la Balance ont toutes une féminité extrême, une grâce du geste et de la voix : elles sont inimitables ! Brigitte Bardot est née sous ce signe, ce n'est pas par hasard ! Une femme Balance trouve toujours dans son berceau, comme cadeau des fées, un très vif sens artistique (ou du moins un goût raffiné des jolies choses) et aussi le sens de l'ordre. Nous avons rencontré des femmes Balance ascendant Balance: c'était d'extraordinaires séductrices. Tous les hommes volaient vers elles comme des papillons, et ils s'y brûlaient les ailes !

En effet la Balance au féminin n'a pas sa pareille pour faire courir, marcher, galoper les hommes. Pourquoi ? Elle a un problème fondamental : toujours préoccupée d'équilibre et d'harmonie, elle n'arrive jamais à se décider. Comme elle est d'une indépendance farouche, elle a toujours peur de se faire piéger. Aussi offre-t-elle à ses amoureux les délices de la poursuite sans fin. Chaque fois qu'ils croient la saisir, pfft ! Elle se sauve ! Elle change totalement d'avis en quelques secondes, et passe du oui au non sans prévenir son monde. Rien n'est plus grisant pour un homme, bien entendu. La Balance Collectionne souvent les amours et a le plus grand mal à se décider au mariage. Elle peut être une amoureuse extraordinaire, elle est trop artiste pour n'être pas extrêmement sensuelle. Mais elle déteste prendre les initiatives, y compris et surtout dans les jeux d'alcôve.

Cette psychologie de fuite peut donner des femmes mystiques (qui se réfugient dans une relation à Dieu), mais aussi d'excellentes femmes d'affaires, habiles à négocier, parce qu'elles obligent les partenaires (comme les amoureux !) à vendre au plus bas prix... Enfin, il faut dire que la Balance est la plus mondaine et la plus sociable des femmes. Qu'elle n'aille pas épouser un ours !

Dans un type faible, névrosé, cette sociabilité extrême en fait une snob moutonnière, toujours à la remorque de la mode, une femme incolore et passe-partout. Son indécision l'empêche de réussir dans sa vie affective. En particulier, les Balance ascendant Gémeaux ou Poissons auront un certain mal à se stabiliser. Le sentiment de planer au-dessus des autres, de ne pas s'engager, de refuser les limites, peut donner beaucoup d'orgueil à la Balance. C'est ainsi qu'elle méprisera tous les amants qu'elle collectionnera, et qu'elle sera incapable de la moindre tolérance pour l'homme de sa vie. Bref, elle est moins facile à caser qu'elle n'en a l'air. Elle doit trouver un homme qui saura poser un pied décidé sur l'un des plateaux de sa balance : ainsi seulement elle trouvera la sécurité.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



valou

Messages: 1238
Date d'inscription: 20/04/2011
Age: 45
Localisation: Chambery

Revenir en haut Aller en bas

Re: portraits des signes astrologiques

Message par valou le Lun 25 Avr - 21:39


L'HOMME SCORPION
Un chef-d'œuvre et un mystère, ce Scorpion. Comme si la nature avait tout de suite, et presque sans retouches, réussi sa formule du premier coup, il est apparu il y a 450 millions d'années, tel que nous le connaissons aujourd'hui. Et tellement bien adapté, dès le départ, qu'il a traversé l'histoire de la Terre sans changement important ! On peut s'étonner que la Tradition ait mis le Scorpion dans les signes d'eau, puisqu'il est de notoriété publique qu'il vit sous les pierres et sur la terre ferme ! Pourtant la géologie donne raison à la Tradition : les « protoscorpions» de l'ère primaire, ancêtres des Scorpions actuels, étaient probablement aquatiques.

Autre particularité de cet animal étrange: il est capable de s'enfermer hermétiquement dans sa carapace s'il doit affronter un milieu hostile. De cette façon, il garde toute son eau et peut vivre ainsi en circuit fermé pendant des mois (et même, croit-on, jusqu'à trois ans, sans rien boire ni rien manger !). Un de nos enfants, ayant attrapé un scorpion dans le Midi, l'a immergé dans un bocal d'alcool à 90° pour le noyer. Peine perdue ! Au bout de huit jours, l'ayant sorti, quelle ne fut pas sa surprise de constater que la pauvre bête vivait encore ! Cette incroyable résistance, cet acharnement à vivre envers et contre tout se retrouve chez les natifs du signe, dont le courage est peut-être la caractéristique essentielle. D'ailleurs, le Scorpion zodiacal était aussi représenté dans la Tradition par l'aigle (ou le serpent). Et le venin, ce fameux venin ? Remarquons, d'abord, que le Scorpion n'est pas la seule bête du zodiaque capable de faire mal : Bélier et Taureau ont le coup de corne meurtrier, le Lion a la dent dure (et parfois mortelle) ; quant aux flèches du Sagittaire, traversent-elles le gibier sans le déchirer ?

Alors, pourquoi la plupart des astrologues nous donnent-ils un portrait à la fois sinistre et violent de l'homme Scorpion, tourmenté par la mort et la rage de détruire ? Pour nous, contrairement à cette tradition trop facile, nous voudrions nous attacher au côté positif et dynamique du Scorpion, à cette espérance de survie qu'il porte en lui. Oui, bien sûr, il naît à l'époque de la Toussaint, des visites au cimetière et des chrysanthèmes... Oui, la mort lui est familière et il en a moins peur que les autres. Mais la mort de la végétation à la fin de l'automne porte en elle le germe de la vie, qui vient après l'hiver. « Toute vie naît d'une autre vie décomposée ! » La graine doit affronter la dureté de l'hiver avant de pouvoir germer. D'où l'extraordinaire combativité du Scorpion, son endurance, sa force d'adaptation (qu'il partage avec les autres signes d'hiver, Sagittaire et Capricorne).

L'homme Scorpion réunit deux atouts contradictoires : il est capable, d'une part, de riposter immédiatement avec une agressivité irrésistible (comme le Bélier); et, d'autre part, de mijoter son coup très longtemps à l'avance en attendant son heure dans l'ombre (comme le Capricorne). Il est même capable de sacrifier sa vie, comme un kamikaze, s'il juge que c'est nécessaire. Il est donc extraordinairement opérationnel. De plus, il est servi par une intelligence intuitive, qui flaire immédiatement chez l'adversaire le défaut de la cuirasse. Malheur à celui qui se trouve sans défense face à cet homme qui a le verbe haut et la décision prompte ! Mais s'il est admirablement équipé pour la guerre, son armement le gêne en amour.

Pour la conquête, pas de problème. Tout son pouvoir vient du sexe, et il réussit toujours dans ce domaine où il est vraiment un grand maître. Il possède par là les femmes qu'il rencontre et il est très difficile à celles-ci d'échapper à son emprise physique. Très instinctif, le Scorpion sait toujours ce qu'il faut faire et en a les moyens. Peu d'hommes du zodiaque sont capables de ce rythme et de cette intensité exceptionnels (sauf le Taureau). Pourtant s'il lui est facile de conquérir, il lui est beaucoup plus difficile d'aménager ses conquêtes en bonheur durable... Les lois de l'amour ne sont pas celles de la guerre... et en amour, il faut savoir perdre pour gagner. Le malheureux !... Il se conduit en face d'une femme comme en face d'un adversaire, et transforme ses amours en épreuves de force. Il arrive tout armé et ne dépose jamais ses armes... Trop orgueilleux, il a peur de perdre la face, de se livrer à celle qu'il aime... Et rien n'est plus' opposé à l'amour que l'orgueil. Cette peur intime et panique qu'il ressent vis-à-vis de la femme aimée l'empêche d'être tendre et de lui donner son cœur.

Aussi son intense passion est-elle tout à fait dépourvue de chaleur affective. Cela décourage les femmes : elles ont autant besoin de tendresse que de sexe. Et le sexe sans tendresse, ça nous démoralise ! Fidèle à la psychologie du combat sans merci pour laquelle il est équipé, le Scorpion ne fait pas de cadeau. A la guerre comme à la guerre... et malheureusement comme en amour, il ne respecte que l'adversaire plus fort que lui. Ne soyez jamais le pauvre chien écrasé : si vous voulez qu'il vous aime, soyez belle, riche, brillante, célèbre, admirée. Tenez-lui la dragée haute si vous voulez qu'il vous respecte. Mais tous les Scorpions n'ont pas au même degré cette dureté inoxydable : chez certains, le blindage laisse parfois pointer la sensibilité profonde. L'ascendant et la position des planètes dans le thème modifient l'épaisseur de la carapace (Scorpion-Gémeaux, Scorpion-Poissons). Car le Scorpion est, au tréfonds de lui-même, un être sensible. On le voit bien dans ses relations avec ses enfants : il est un merveilleux père, l'un des meilleurs du zodiaque. Et dans ses relations amicales, il est l'ami le plus sûr, le plus dévoué, le plus discret que l'on puisse trouver.

D'autre part, le Scorpion très inhibé se ramène au type Vierge, perdant son agressivité mais aussi son intuition extralucide. Il devient scrupuleux, tatillon, méthodique et rationnel. Beaucoup de Scorpions retournent leur agressivité contre eux-mêmes: ceux-là sont très gentils mais très dépressifs (c'est-à-dire abominablement maso I). Ils n'ont aucune confiance en eux-mêmes. D'ailleurs, le Scorpion, quel qu'il soit, a besoin d'être encouragé et rassuré. Vis-à-vis de sa famille et de ses amis, le Scorpion a le sens des responsabilités, il respecte la parole donnée, il est efficace et loyal. Peu de gens sont aussi dignes de confiance que lui. Quant aux mauvais Scorpions (qui existent, malheureusement), nous en avons très peu rencontré. Pour ceux-là, nous passons l'encre noire aux bons auteurs d'astrologie, qui semblent n'avoir connu que les ratés de la corporation...

LA FEMME SCORPION

Regardez un peu cette malheureuse Scorpionne : c'est une toute petite bête ! Un grand coup de botte, et la voilà en bouillie... Ce fameux venin, dont on fait tant d'histoires, n'est finalement qu'une bien mince protection contre l'ennemi. A l'image de son totem animal, la femme Scorpion est d'abord un être extrêmement vulnérable. Comme tous les signes d'eau, elle est douée d'une intuition aiguë qui lui fait sentir le danger longtemps à l'avance. Aussi préfère-t-elle prendre les devants : son attaque n'est qu'une défense anticipée. Dites-vous bien qu'une Scorpionne non agressée n'agresse pas. Si elle le fait, c'est qu'elle a vu le danger avant tout le monde. Faites confiance à son flair.

II serait juste de dire aussi qu'il y a scorpion et scorpion : le petit « souvignarque » du midi de la France, plus timide qu'agressif, ne pique pas dangereusement; bien plus terrible sont les grands scorpionidés d'Afrique ou d'Asie, dont la piqûre atrocement douloureuse est mortelle. De là à dire que le Scorpion est « le cimetière du zodiaque », c'est vraiment très exagéré... Il est aussi création et vie. François-Régis Bastide écrit à son sujet : « Supprimons les Scorpions et nous supprimons au moins la moitié des religions, des littératures, des politiques et des arts. » Ce serait dommage, tout de même ! En effet, la créativité, le sens artistique et la curiosité intellectuelle sont peut-être encore plus marqués chez la femme Scorpion que chez l'homme du même signe. Ce goût prononcé pour les études, la lecture, les arts et les lettres frappe d'autant plus chez une femme que notre société la renvoie encore volontiers à ses casseroles. Une Scorpion veut tout connaître: les gens, les pays, les voyages, les expériences... Elle aime aussi la compagnie des hommes, qui le lui rendent bien. Elle aime parler, rire, travailler avec eux... et les séduire, tant qu'elle n'est pas fixée à un seul.

Cette faculté de papillonner et de briller, puis de se transformer en parfaite épouse dévouée, étonne les mauvais psychologues, qui aiment enfermer les gens dans des petits casiers bien étiquetés : la femme fatale, la dévoreuse de mâles, la mère admirable, l'épouse haute-fidélité, la Dame de pique... La femme Scorpion peut être tout cela à la fois, ou successivement, ou selon les époques de sa vie (tout dépend de l'homme qu'elle a trouvé). Cette intense curiosité, cette rage de vivre se combinent à une grande indépendance - ce qui n'étonne pas pour un signe d'eau. Inutile d'essayer de coincer une Scorpionne, elle finira toujours par s'évader (ou se révolter). Faites-lui plutôt confiance : elle est trop passionnée pour n'être pas extrêmement sérieuse dans les affaires qui lui tiennent à cœur.

Elle tombe difficilement amoureuse, mais lorsqu'elle l'est réellement, sa passion est totale et durable, et elle s'en guérit difficilement. Elle met dans l'amour, comme dans tout ce qu'elle fait, cette opiniâtreté si caractéristique des Scorpions. Que toutes les Scorpionnes se liguent entre elles pour dire bien haut et bien fort à quel point elles sont méconnues. Pourquoi ? Mais parce qu'on les confond avec les hommes du même signe. Les manuels d'astrologie décrivent surtout le Scorpion mâle. Pour les femmes, il ont pensé que c'était pareil, ou presque. Mais tout est dans ce « presque » I En réalité, une Scorpionne diffère d'un homme du même signe par sa sensibilité extrêmement vive et par sa générosité de cœur. Elle n'hésite pas à se donner totalement, contrairement à l'homme Scorpion. A l'inverse de lui, elle a plus besoin encore de sentiment que de sexe.

Lorsqu'elle aime, elle est capable de tous les dévouements et de tous les sacrifices. Elle déverse sur l'être aimé des flots de tendresse passionnée, des trésors d'invention et de fantaisie. Elle est possessive, mais ce n'est pas une véritable dominatrice ; elle aime se remettre totalement entre les mains d'un homme en qui elle a confiance, ce qui la délivre de son inquiétude. Mais il faut que ce soit un homme qui n'en abuse pas... C'est aussi souvent une femme déchirée entre son cœur et sa raison : elle s'oblige - par mysticisme ou par masochisme ? à respecter des principes moraux. Elle a facilement une haute idée de ses responsabilités morales, ce qui lui complique bien la vie. Quant à la jalousie, ce n'est pas une spécialité tellement scorpionnesque, parce qu'elle est due à un sentiment de frustration et d'impuissance que la Scorpionne ne ressent guère. Ayant d'excellentes raisons d'avoir confiance dans sa puissance de séduction, elle ne reste jamais là à se ronger les sangs : elle attaque ou abandonne. A vrai dire, si elle a une rivale, c'est qu'elle l'a laissée s'installer exprès pour se débarrasser d'un amant dont elle ne voulait plus.

Enfin, il faut savoir qu'une femme Scorpion est tout en extrêmes : ou ça va très bien ou c'est la Bérézina... Ses hauts et ses bas sont imprévisibles pour les autres - qui ne perçoivent pas la réalité comme elle, avec ses antennes ultrafines. Sa résonance aux gens, aux choses, aux événements est extrême. D'où ses fréquents dons de voyance : sa vision du temps est très particulière. Pour elle, l'avenir est déjà présent, et le passé est toujours vivant... ce qui lui donne l'infinie patience des graines. Autre sujet de trouble pour ceux qui la fréquentent : ses mille et un visages différents. Sa formidable capacité d'adaptation la fait réagir différemment suivant les circonstances et suivant l'interlocuteur. Aussi la prend-on très souvent pour ce qu'elle n'est pas : Mata-Hari ? La belle Otéro ? La tendre Ophélie ? Ou le parfait cordon bleu des familles ? Cette grande souplesse lui permet de se trouver des amitiés dans tous les signes du zodiaque.

Pour ne rien simplifier, elle a le goût du secret - par mesure de sécurité. Quand une femme Scorpion parle beaucoup, on croit qu'elle dit tout. En fait, elle ne livre que ce qu'elle veut... mais le silence des autres est toujours très clair pour cette extralucide. Cet aspect de « personnalité en tiroirs » est typique des signes d'eau. Les astrologues semblent se mettre d'accord pour reprocher aux Scorpions leur violence : ils pourraient tout de même faire un distinguo entre « ils » et « elles ». Mars et Pluton gouvernant le signe, on entend parler de « pulsion de mort », de tendances sadomasochistes... Or il semble que cette agressivité martienne et destructrice soit plus marquée chez l'homme que chez la femme; celle-ci a moins besoin de s'affirmer par la violence, étant infiniment plus à l'aise dans ce signe féminin que son frère du zodiaque.

En fait les femmes du Scorpion supportent très mal la violence, étant trop fragiles nerveusement (d'où risque de dépression). La violence d'autrui les pousse à retourner leur agressivité sur elle même ; l'angoisse est toujours à leur porte : aussi leur fragilité au point de vue santé. Lorsqu'une femme Scorpion ne réussit pas à surmonter son angoisse et ses contradictions internes, elle tombe malade : la maladie exprime sa détresse et lui sert d'exutoire. Dès que le moral s'arrange, la santé revient.... En fait, les Scorpionnes n'ont pas besoin de la violence pour arriver à leurs fins. Si elles veulent quelqu'un ou quelque chose, elles y arrivent toujours - et en douceur. Dangereux, dangereux... Les astrologues, après tout, ont peut-être raison de se méfier... On ne pardonne pas si facilement à une femme d'avoir des « qualités d'homme
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

valou

Messages: 1238
Date d'inscription: 20/04/2011
Age: 45
Localisation: Chambery

Revenir en haut Aller en bas

Re: portraits des signes astrologiques

Message par valou le Lun 25 Avr - 21:44


L'HOMME SAGITTAIRE
Le Sagittaire est un centaure à la conquête du ciel, un cheval échappé, un chasseur qui s'élance droit devant lui à la conquête du monde : rien n'est trop haut pour son ambition. Ces chevaux sauvages qui ne rêvent que de galoper dans les immensités s'appellent Guynemer, Mermoz, Surcouf, Sven Hedin ou Gustav Adolphe... Rien ne peut les contraindre ni les retenir. Un cerveau d'homme, un corps de cheval, un arc et des flèches : voilà quelqu'un d'irrésistiblement opérationnel.

Le Sagittaire est tout entier dans sa flèche qui le symbolise si bien. Il est totalement immergé dans l'instant présent, qui mobilise complètement ses ressources humaines et ses ressources « animales ». Toutes les forces instinctives qu'il possède sont intégrées dans son élan. Ce n'est pas un être complexe, tourmenté, divisé contre lui-même. Signe de « feu mutable », il se présente sous des visages surprenants, et même contradictoires, selon qu'il est plus marqué par l'aspect « cheval » (plus sportif et plus extraverti) ou par l'aspect « cavalier » (plus intellectuel et plus introverti). Ces derniers sont à l'image de Chiron, centaure savant, précepteur d'Hercule, d'Ulysse, d'Achille (et de quelques autres célébrités antiques). Il a donné son nom à la constellation du Sagittaire.

Le type introverti se tourne souvent vers des conquêtes spirituelles - ce que semble suggérer la Bible lorsqu'elle parle de Nemrod « grand chasseur devant l'Éternel ». En politique, cela donne aussi Churchill, en musique Beethoven ou Berlioz, en peinture Toulouse-Lautrec (avec son coup de pinceau-flash, inégalable pour saisir le mouvement des êtres). Enfin, saviez-vous qu'Eiffel, inventeur de la Tour, était de ce signe ? (Là c'est vraiment la conquête du ciel !). Si le Sagittaire extraverti est un conquérant ou un aventurier, le type introverti peut être assez conformiste : tout occupé qu'il est à des conquêtes intérieures, il ne remet pas en cause la structure de la société dans laquelle il vit. Jupiter dominant fortement le signe, il aime commander. Il n'a aucun mal à prendre des décisions, avec courage et rapidité, et à y entraîner les autres. Il y réussit d'autant mieux qu'il est bienveillant, paternel, et surtout « jovial » (en latin, Jupiter se dit « Jo-vis »).

II sait mettre de l'ambiance autour de lui, il a beaucoup d'amis, vis-à-vis desquels il se montre serviable, généreux, accueillant. Le Sagittaire est un jouisseur, dans tous les bons et tous les mauvais sens du mot. Il est toujours couvert de femmes ! Elles ont pour lui des trésors d'indulgence. Si quelqu'un a le génie de l'art d'aimer, c'est bien lui. Il ne manque jamais de chaleur (le feu !), ni d'allant (les flèches !), ni d'instinct (l'animal !), ni de tendresse (sait-on que le cheval est un être hypersensible ?). Mais certaines se plaindront qu'il est inconstant et baratineur. Qu'il offre son cœur à plusieurs presque en même temps... S'il fait cela, c'est avec la meilleure bonne foi du monde. Il vit dans l'instant, il a peu de mémoire. Tout entier à celle qu'il courtise sur le moment, il oublie les autres. C'est un coursier coureur... Mais si gentil, si gai, si généreux ! Une fois marié, il se transforme souvent en parfait paterfamilias jupitérien. Il veille sur sa maison avec bonté et sollicitude.

Cependant, sous ce modèle des pères et des époux sommeille toujours le centaure baladeur, le chasseur de femmes et de paysages. Il résiste rarement à l'attrait d'une aventure, mais n'y engage pas son cœur. Il fera mauvais ménage avec une femme trop possessive; mais, si on lui fiche la paix, il sera assez fidèle... dans son genre. Le type introverti spiritualise ses amours; si la femme aimée s'identifie à une conquête spirituelle - ou intellectuelle, ou sociale -, le Sagittaire aime alors de façon plus profonde et plus durable. Un animal qui vous surprendra

LA FEMME SAGITTAIRE

La femme Sagittaire n'appartient à personne, elle n'appartient qu'à elle-même... Auguste Barbier a fait son portrait dans un poème bien connu : « C'était une cavale indomptable et rebelle. Sans freins d'acier ni rênes d'or »... On ne saurait contraindre cette superbe cavale, sportive, sûre d'elle et de ses flèches. Cette fière amazone, cette Diane chasseresse est peut-être la plus grande amoureuse du zodiaque. Si elle se donne, c'est qu'elle le veut bien. Les présomptueux qui essaieront de l'acheter ou de la forcer s'y casseront les dents. Mais lorsqu'elle aura fixé son choix sur un homme, elle s'y dévouera tout entière, sans aucune avarice d'elle-même. Elle lui apporte ainsi une chaleur, une tendresse, un dynamisme qu'il trouvera rarement ailleurs.

Aussi douée pour l'amour que son frère Sagittaire, elle est pourtant beaucoup plus stable que lui. Sa passion, plus profonde, est aussi plus durable : elle est capable d'être fidèle (lui pas I). D'ailleurs, les signes de la mauvaise saison: Scorpion, Sagittaire et Capricorne donnent des tempéraments féminins passionnés à l'extrême, pour le meilleur et pour le pire. Peut-être cette chaleur est-elle une compensation au froid de l'hiver ? Dans cette tribu sauvage de grandes amoureuses, on trouve des femmes très libres, « garçonnes » expression du début du siècle qui leur va à ravir ! Leur goût de la liberté s'oppose au mariage. Christine de Suède en est un exemple (les Suédoises, déjà... !). Ces amazones ressemblent davantage aux centaures; leur amour de la vie, leur cœur généreux, leur vitalité sportive les amènent à multiplier les aventures.

Même celles qui vivent d'amour vénal gardent toujours une certaine dignité : elles ont horreur du scandale. La Sagittaire, sous l'influence de Jupiter, a l'étoffe d'une grande dame et d'une excellente patronne. Elle s'habille instinctivement avec distinction et élégance, elle a de la classe. Parmi ces maîtresses femmes, expertes dans l'art de savoir ce qui se fait et ce qui ne se fait pas, citons Madame de Maintenon, et la belle Récamier qui éblouit tout son siècle par son élégance et son esprit. On est assez surpris de trouver beaucoup de ces chasseresses assez conformistes. Ceci est dû à leur caractère jupitérien, social, sociable, aimable et optimiste. En fait, si on veut le pouvoir, on peut le prendre par la révolution (d'où un contingent respectable de pétroleuses et pasionarias en tout genre, par exemple Jane Fonda). On peut aussi se contenter d'utiliser les structures qui existent déjà pour obtenir ce que l'on veut.

De toute façon, une fois arrivée au pouvoir, qu'elle soit Sagittaire ou pas, la révolte s'embourgeoise... Un aspect très agréable de la femme Sagittaire est son manque absolu de mesquinerie : filant droit devant elle, la belle cavalière n'a pas le temps de s'encombrer de regrets éternels et de rancunes minables. Elle ne s'attarde pas aux jalousies, pardonne et passe l'éponge. Sauf... dans les histoires d'adultère où sa dignité publique a été bafouée. Elle n'aime pas qu'on se moque d'elle. Si elle est trompée publiquement avec scandale, si elle est injuriée publiquement, elle n'est pas femme à le tolérer longtemps. Comme elle est la moins masochiste des femmes, elle rompt et s'en va. Un mariage avec une Sagittaire ne peut durer que si on lui laisse toute indépendance. Il lui faut un homme qui comprenne que l'amour ne vit que de liberté. En somme, un homme digne de ce nom...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




valou

Messages: 1238
Date d'inscription: 20/04/2011
Age: 45
Localisation: Chambery

Revenir en haut Aller en bas

Re: portraits des signes astrologiques

Message par valou le Lun 25 Avr - 21:49


L'HOMME CAPRICORNE
Le Capricorne naît pendant la nuit la plus longue de l'année : toute sa vie restera marquée par le froid. C'est une maison le jour de Noël : portes closes, fenêtres calfeutrées, rideaux tirés ; on ouvre le moins possible pour éviter les courants d'air... Dehors la terre est froide et sèche : toute l'eau est gelée, il n'y a plus ni feuilles ni fleurs... Ainsi est l'homme qui vient au monde fin décembre début janvier : un être sérieux, dépouillé de toute frivolité, qui n'aime que l'essentiel. Ni fleurs ni feuilles... mais des couronnes ! L'empereur Auguste, Charles Quint, la Grande Elisabeth, Staline, Adenauer et Mao (Capricorne ascendant Capricorne!), bref, un nombre impressionnant de têtes couronnées (légalement ou non) sont de ce signe, souvent marqué par l'ambition. Voyez aussi les Mémoires de ce délicieux snob de Saint-Simon, Capricorne du Grand Siècle. Tout est là : grandeur, vertu, secret persévérance, perspicacité...

Le Capricorne partage avec le Scorpion la patience des graines qui germent pendant tout l'hiver. Cet acharnement souterrain lui donne les moyens d'aller très loin : il peut s'imposer les pires « Longues Marches » pour arriver à son but ! Et si vous croisez un jour un iceberg, dites-vous que c'est un Capricorne : dur et pur, très haut au-dessus de la mer des sentiments humains ! Mais dites-vous aussi que ce n'est qu'une écorce qui cache une vive sensibilité. Dans la lutte sans merci que le Capricorne livre tous les jours à ses instincts, ceux-ci sont à tous les coups perdants... Ce qu'il perd en chaleur humaine, il le gagne en intelligence. Si le dixième signe est celui des très grands hommes d'État, il est aussi celui de Montesquieu, Kepler, Newton, Henri Poincaré... L'humour, cette faculté de se désimpliquer en prenant ses distances avec les gens, les choses et soi-même est signé Capricorne (Talleyrand, Molière, qui s'est dépeint dans le personnage du Misanthrope). L'humour est aussi une défense contre le sentiment... En amour, le Capricorne se met tout entier dans ses passions avec un sérieux, un acharnement, une volonté de conquérir qui, s'il est repoussé, se transforment en rancune tenace. Il est absolument incapable d'aimer à moitié.

Incapable aussi de coquetterie ou de double jeu, il ne peut pas comprendre qu'on le trompe : c'est Alceste, le Misanthrope de Molière, fou furieux contre la trop belle Célimène qui se moque de lui en encourageant une brochette de galants. Amoureux trop passionné, donc trop vulnérable; trop épris d'absolu, donc sans indulgence, il se replie sur lui-même et finit parfois sa vie seul, dans une misanthropie blessée qui prend aussi une forme de misogynie aiguë (d'ailleurs, à la fin du Misanthrope, Alceste finit par envoyer promener Célimène). La pièce de Molière montre aussi le peu de talent qu'a le Capricorne pour séduire les femmes : il croit toujours qu'on attrape les mouches avec du vinaigre. Il estime que les sourires, les grâces et les caresses... sont bien inutiles. Les compliments, idem. Evidemment, les câlins feraient fondre l'iceberg, et un iceberg fondu ça n'a plus beaucoup de tenue... A la limite, il peut même considérer l'amour en soi comme une futilité dangereuse : mais là, on a une espèce d'animal très particulier, le célibataire-né qui ne saurait entrer dans le cadre de cet ouvrage.

Brûlant d'une grande passion qu'il est incapable d'extérioriser, le Capricorne est parfois une sorte de montagne Pelée : ce volcan dont la lave ne peut sortir qu'en explosant. Et alors là, gare à la nuée de cendres qui ravage tout sur son passage ! Beaucoup de grands jaloux sont du Capricorne. Cela s'explique par l'instinct de possession, général chez tous les signes de terre, qui est ici exacerbé par un sentiment de frustration dû à l'hiver ! Le jeune garçon Capricorne est né frustré : il a toujours l'impression que les autres sont plus aimés que lui. Il est impossible de penser qu'Othello ait pu être autre chose que Capricorne. De ce personnage qui a probablement existé, la chronique raconte qu'il était devenu le plus brillant capitaine de la République de Venise. Pour un Africain, il fallait le faire : les blonds Vénitiens du XVe siècle étaient sûrement plus racistes encore que les Européens du XXe... (Seulement, voilà, le mot n'était pas encore inventé!). Othello avait séduit, puis enlevé et épousé la très belle Desdémone, qui devait être la Caroline de Monaco de l'époque. Il finit par la tuer dans un accès de jalousie. N'épousez jamais Othello !

Heureusement, tous les maris Capricorne ne sont pas obligatoirement maures, capitaines et violents. Dans leur volonté délibérée d'échapper aux caprices de la sensibilité, beaucoup savent au contraire se mettre au-dessus des montagnes russes de l'émotion, ce qui donne des hommes calmes, d'humeur égale, se contrôlant bien. Le Capricorne est plutôt un mari conservateur dans ses mœurs. Voyez l'austère Saint-Simon, Pasteur, Adenauer. L'influence de Saturne, planète froide et lente, l'empêche de papillonner. Aussi est-il fidèle, stable, responsable. Il ne prend jamais l'initiative de divorcer. Mais si son ménage va mal, il lui arrive de passer la nuit à son bureau, sur ses dossiers, à travailler (ce qui encourage sa femme à aller se consoler ailleurs). Par orgueil, il refuse de regarder en face les problèmes affectifs de son couple : et lorsque ces sales petites bêtes sont devenues des monstres, il est trop tard pour les mater.

Nous avons l'air d'accabler le Capricorne : s'il est extraordinairement doué pour la vie publique et intellectuelle, sa vie amoureuse est plus difficile. C'est cette queue de poisson qu'il traîne sur le continent qui le rend si malhabile, si maladroit en amour. Pour finir sur une note optimiste : c'est l'ami le plus sûr, le plus dévoué, le plus fidèle que l'on puisse trouver. Mauvais amant, bon ami, il devient intéressant comme mari dans la seconde moitié de l'existence lorsque l'amitié prend l'avantage sur la passion. En somme, il s'améliore tellement en vieillissant qu'on le souhaite presque pour ses vieux jours... Mesdames, préparez vos conserves.

LA FEMME CAPRICORNE

On vous parle toujours des fameux signes doubles du zodiaque: Gémeaux Poissons... En réalité, le zoo des étoiles est plein de surprises: bien d'autres signes sont doubles sans en avoir l'air: le Sagittaire, mi-homme mi-cheval, la Balance, avec ses deux plateaux... et le Capricorne, mi-chèvre mi-poisson ! Tout ce qui a été dit plus haut de l'homme Capricorne est aussi vrai, en général, de la femme du même signe. Mais les gens normaux sous-estiment toujours la difficulté d'être un animal qui n'existe pas. A moitié poisson, la femme Capricorne est pourtant un signe de terre. Et une fois dans l'eau, elle aura le plus grand mal à nager, la pauvre chérie, avec ses deux pattes à sabots qui ne sont même pas palmées...

Autrement dit, en amour, les débuts pour elle sont toujours bons. Ensuite, ça marche moins bien, faute de pattes arrière, et l'affaire se termine souvent en queue de poisson... Au début, son instinct de chevrette ne la trompe jamais. Elle aime totalement, sans connaître cette expérience de dédoublement que font les autres femmes. Avoir le corps ici et le cœur ailleurs (ou le contraire!), elle ne le peut pas: elle a infiniment trop de sérieux. Elle tombe immanquablement amoureuse de qui lui fait l'amour, ce qui est assez dangereux. Le contraire est vrai : si elle est amoureuse, elle finit toujours dans le lit de celui qu'elle aime, et là, il faut dire que c'est une amoureuse des plus brillantes. Beaucoup plus brillante que son homologue masculin, étant donné que le signe est féminin. Malgré son aspect froid et distant, elle adore plaire, ce qui est surprenant.

Et puis, ayant consumé toute sa passion dans une suite d'émotions trop intenses, elle se lasse de ses amours. Ayant brûlé tous ses vaisseaux, elle s'ennuie et il est fréquent qu'elle cherche inconsciemment à provoquer la rupture : elle préfère tout casser elle-même pour éviter de trop souffrir. Elle pense qu'il est moins douloureux de partir la première plutôt que d'être quittée... C'est en tout cas moins douloureux pour l'orgueil (et elle en a beaucoup). Si elle est mariée, elle arrive fatalement à un état de tension aiguë entre sa lassitude à l'égard de son mari et le sérieux qu'elle met dans ses devoirs de mère et d'épouse. Pour s'occuper, elle aime le tracassin et s'en invente quand tout va bien. Elle a assez le goût du drame : pas le grand mélo, mais le petit mélo quotidien. Le vrai grand drame affreux, c'est quand il n'y a plus d'argent. Elle ne peut absolument pas vivre sans, et le manque d'argent provoque son départ définitif.

Un grand nombre de femmes Capricorne connaissent ainsi une vie sentimentale en montagnes russes, avec une succession d'amours brûlantes entrecoupées de déserts (qui ne sauraient durer). Chez ces grandes amoureuses, une peur panique d'aimer coexiste avec une envie folle d'aimer. Lorsque la peur panique l'emporte sur l'envie folle, la demi-sirène reste célibataire, et comme il n'y a pas de demi-triton dans le zodiaque, c'est sans espoir... D'autre part, la maternité n'est jamais facile à une Capricorne. Le dixième signe est traditionnellement considéré comme infécond en raison de l'influence de Saturne, planète sèche et stérile.

La maternité étant une activité physique instinctive, charnelle, la pauvre Capricorne est particulièrement défavorisée. Comme elle est très consciencieuse elle fera de grand efforts pour être une mère parfaite, mais cela sentira toujours davantage le devoir que le plaisir et les enfants manqueront de chaleur physique. Il est rare qu'une femme Capricorne donne une impression de chaleur maternelle épanouie. Au fond, cet amalgame de sirène, de chevrette et de femme est très mal à l'aise dans sa peau mi-poil mi-écailles. Elle n'est pas faite pour une condition féminine traditionnelle. Elle n'est vraiment heureuse que si elle peut avoir des responsabilités d'homme, une carrière où sa brillante et lucide intelligence puisse s'employer. La Pompadour, Madame Roland, Charlotte Corday, Ava Gard-ner, Marlène Dietrich, la Grande Elisabeth, Simone de Beauvoir... Toutes ces femmes ont en commun une forte dominante cérébrale, mais aucune ne représente un type de femme chaleureusement maternelle.

Dans la vie quotidienne, cette cérébralité excessive a un avantage remarquable : les femmes Capricorne sont moins sujettes aux dépressions que les femmes très affectives. Elles se contrôlent bien mieux... mais elles ne se sentent pas toujours non plus l'obligation d'être aimables. Enfin, on leur pardonne tout à cause de leur humour incisif, qui fait la joie de leur entourage. Ajoutons qu'elles sont loyales, détestent le mensonge et le compromis, ce qui en fait d'excellentes amies.

valou

Messages: 1238
Date d'inscription: 20/04/2011
Age: 45
Localisation: Chambery

Revenir en haut Aller en bas

Re: portraits des signes astrologiques

Message par valou le Lun 25 Avr - 21:57


L'HOMME VERSEAU
Le Mistral passe à toute allure... Un train de luxe que tout le monde ne peut pas s'offrir ! Voilà le type même de l'homme Verseau. Il est séduisant on a une folle envie de le connaître et de l'aimer. Mais c'est un grand courant d'air, un tourbillon insaisissable, les grands frais d'ouest les roaring forties qui balaient le cap Hom. Comme dit J.-P. Nicola 1, « son royaume n'est pas de ce monde » !

Signe d'air, signe d'intelligence, il est particulièrement doué pour les idées et les abstractions... C'est un signe de vive intuition, parfois génial (comme Mendeliev, Verseau, qui établit la classification des éléments en prévoyant à l'avance la place de ceux qu'on découvrirait après lui I). L'homme Verseau peut donc être extrêmement brillant mais avec des sautes de vent... Doué pour les arts, c'est Mozart; pour les lettres, c'est Jules Verne; pour les sciences, c'est Ampère... Ou le savant Cosinus, s'il a complètement perdu de vue la réalité.

Vent d'est, vent d'ouest : il cultive à la fois les idées de gauche (Emile Zola) et les sentiments de droite (Baden-Powell, Verseau par son ascendant le père des boy-scouts I). Le Verseau ascendant Bélier est un typhon, tandis que le Verseau ascendant Gémeaux serait plutôt un vent variable, comme le noroît instable, qui change tout le temps. L'imagination de l'homme Verseau amoureux vous embarquera pour Cythère, l'île des grandes amours.- mais le vent tombera peut-être avant que vous n'arriviez à terre, ou bien le capitaine changera de cap en cours de route. D'ailleurs, le vent souffle où il veut et court après les chimères.

Follement généreux, il a les poches percées, et le vent coulis ravage son porte-monnaie - à moins qu'il n'ait un signe de terre en ascendant. Par exemple le Verseau ascendant Capricorne, tantôt prodigue, tantôt radin, s'endettera pour vous offrir un bijou, mais le lendemain hurlera comme un blizzard en refusant de payer la note de téléphone. Le Verseau ne peut pas gouverner les autres, dans la mesure où il ne peut pas se gouverner lui-même, à moins d'avoir un très fort ascendant inhibiteur qui fasse fonction de frein (Vierge, Cancer, Taureau...).

Il adore l'imprévu, l'aventure (le boy-scout !), l'improvisation. C'est un illusionniste, un équilibriste toujours sur la corde raide. Le Verseau, contenant libérant son contenu, est symbolisé par deux ondes, qui sont plutôt de l'air que de l'eau : ce n'est pas pour rien que nous sommes astronomiquement dans l'ère du Verseau, ère des communications et des mass média.

Les défauts du Verseau : mensonge par mépris de la réalité et par excès d'imagination; orgueil, parce qu'il conçoit difficilement que le point de vue des autres puisse exister aussi : il demande conseil à tout le monde et finalement n'en fait qu'à sa tête, ce qui peut être génial ou désastreux, selon son niveau d'intelligence ; manque de fond : c'est le tonneau des Danaïdes, il est troué de partout !
Tous ces défauts viennent d'un problème essentiel : l'absence de frein pour inhiber l'impulsion. Pour qu'un Verseau soit équilibré, il faut dans son thème des planètes « lentes », à effet ralentisseur : Saturne. Lune, bien aspectées. Le comportement sexuel du Verseau varie énormément suivant son ascendant et la position de Vénus dans son thème. Très souvent, c'est le plus tendre des hommes et le plus attentionné, mais pourtant attention à sa violence et à ses colères impulsives.

LA FEMME VERSEAU


Vous êtes invité chez une femme Verseau. Remarquez dès l'entrée l'ordre de la maison, la propreté des enfants, l'atmosphère agréable et raffinée qui règne de partout. Les lustres sont astiqués, l'argenterie itou. Il est à parier que le déjeuner sera bon. « Elle » paraîtra, et vous serez sous son charme discret. Assez réservée, elle vous observera d'abord calmement tout en vous accueillant avec infiniment de gentillesse. On ne la séduit pas d'assaut, cette Verseau, et si vous ne lui plaisez pas vous serez en tout cas prévenu.

Elle aime les manières courtoises. Mais lorsque vous l'aurez conquise, elle se révélera délicieuse de spontanéité juvénile. C'est une sorte de femme-enfant, vous serez séduit par le plaisir qu'elle prend à rendre son entourage heureux. Elle donne beaucoup d'elle-même à ceux qui lui sont chers, et demande peu en retour, si ce n'est une chaude affection constante... et beaucoup d'argent. Elle s'adapte à tout et à tous avec une grande aisance. Laissez-la seule, elle s'étiole. Ce type de femme Verseau est un bijou dans un écrin. Si vous ne savez pas l'ouvrir, vous passerez à côté sans la voir. Il vous faudra aussi lui offrir l'écrin... Elle ne peut pas vivre longtemps sans « standing ». Mariée à un homme qui lui assurera une vie matérielle facile elle sera heureuse et le rendra heureux lui aussi. Elle préfère un homme qui la domine, la protège de son argent et lui permette de briller, car elle est très sociable.

Ce type de bonne Verseau bourgeoise peut devenir une perruche mondaine et son conformisme peut la transformer en caricature de femme du monde. Mais il existe un autre type de femme Verseau qui ressemble davantage à l'homme du même signe : très artiste, originale, habillée de façon excentrique mais amusante et raffinée, follement gaie, vive, avec cet éternel air de jeunesse qu'ont toutes les Verseau. Elle écrit peint crée des bijoux et des robes ; non seulement elle est adroite de ses mains, comme le type précédent mais avec l'intuition géniale du créateur qui sent venir la prochaine mode avant tout le monde. Elle est donc à l'avant-garde des mouvements de son temps. Cette Verseau-là ne supporte pas la contrainte d'un travail de bureau régulier, d'un mariage bourgeois, et son intérieur ressemble plutôt à la tente de Gengis Khan : baroque et confortable, avec des fourrures, une atmosphère de dépaysement des collections de bijoux barbares.

Alors que la Verseau du premier type est très casanière, celle-ci, au contraire, adore les voyages, ce qui la fait ressembler beaucoup aussi à son frère Verseau. Si c'était un vent ce serait une brise légère. Elle plaît aux hommes. A cause de son humour, de son esprit de repartie, de sa verve ; elle aime séduire et y réussit toujours. Comme la précédente, elle est charmante - et pas méchante. Son bon caractère a un côté reposant et elle a le génie de l'amitié. Cependant aucune des femmes des deux types n'est aussi facile qu'elle en a l'air : elles ne se laissent pas faire, parce qu'elles sont assez indépendantes. La Verseau du premier type dit « oui, oui » à son mari avec un sourire charmant... mais n'en fait qu'à sa tête ! Quant à la femme du second type, le dompteur qui la fera marcher au pas n'est pas encore né... Autant essayer de domestiquer le vent !...

Dans une psychologie mal équilibrée, névrosée et désadaptée, la Verseau du second type verse dans l'extravagance pitoyable (la Folle de Chaillot), l'alcoolisme, l'instabilité affective, accumulant les mariages ratés. Comme l'homme du signe, elle ne peut se prendre en main, se laisse porter par la vague et finit par échouer lamentablement noyée dans son incohérence. Une paumée, en somme. Heureusement, ce n'est pas la règle générale. La femme Verseau ascendant Taureau est très artiste, très originale et très efficace. Mais elle est d'une jalousie dévorante (comme beaucoup de femmes de ce signe). Nous vous recommandons chaleureusement la Verseau ascendant Balance ou ascendant Cancer: du charme, de la gentillesse, à la fois tendre et fidèle amie, artiste et bourgeoise. Vous serez aussi très séduits par la Verseau-Poissons : bohème, mystère, mais attention, elle aime les drogues : tout dépend de celle qu'elle choisit...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]







valou

Messages: 1238
Date d'inscription: 20/04/2011
Age: 45
Localisation: Chambery

Revenir en haut Aller en bas

Re: portraits des signes astrologiques

Message par valou le Lun 25 Avr - 22:01


L'HOMME POISSON



La famille Poissons a mauvaise réputation chez les astrologues, obsédés par le thème de Don Juan Tenorio (né le 3 mars). Pourtant il existe des centaines d'espèces différentes de poissons. Les préférez-vous osseux ou cartilagineux ? Vous avez le choix entre le requin et le goujon, la baleine et la murène... à moins que vous ne choisissiez le poisson en chocolat, sans danger. Voyez la Joconde : pourquoi fait-elle vibrer l'air autour d'elle ? Quel que soit l'endroit d'où vous la regardiez, son sourire vous suit : vous vous sentez envahi, deviné, enveloppé dans cette vibration de l'espace. Elle a un secret : Léonard de Vinci était Poissons... A quoi reconnaissez-vous un homme de ce signe ? A une certaine vibration silencieuse qui met l'air en mouvement tout autour de lui.

Le langage parlé est chez un Poissons tout à fait accessoire : il parle par ultra-sons, qu'on reçoit (et on vibre alors sur la même longueur d'onde) ou qu'on ne reçoit pas (et alors on ne peut que s'agacer devant cette énigme !). Montaigne disait : « L'homme, cet être ondoyant et divers. » On ne saurait mieux dire, il fallait être Poissons pour trouver ça ! Le mois de mars est celui du dégel : les neiges fondent, les rivières débordent, l'eau coule de partout, c'est l'inondation. Le Poissons naît en plein déluge : il ignore les frontières, les barrières, les bassins fermés (et se fâche violemment si le port est clos par un filet ! Il a horreur des contraintes).

Aussi est-il adapté pour survivre au déluge : capable de nager entre le possible et l'impossible, de se glisser entre les courants contraires, de contourner les obstacles en réapparaissant plus loin. Pour se tirer d'affaire, il navigue au radar - au sonar, plutôt -, outil beaucoup plus efficace que la sacro-sainte logique des gens raisonnables. On vous apprend au lycée qu'« une chose ne peut pas à la fois être et ne pas être », et que vous ne pouvez à la fois être ici et là-bas. Comme c'est petit bourgeois, ces limites à la liberté d'exister... Dieu merci, le Poissons se débrouille toujours pour y échapper : il trouve moyen d'être et de ne pas être à la fois, ou d'être dans deux endroits différents en même temps. Il a besoin d'avoir l'espace infini devant lui.

Ce n'est pas pour rien que le signe a donné de grands mystiques : un nombre considérable de papes, d'illuminés et de saints... y compris Don Juan lui-même, qui aurait fini sous un habit de moine (espagnol, ce qui n'est pas peu dire !). Le signe des Poissons est celui de la générosité, c'est-à-dire qu'il est tout entier dans ce mouvement qui le porte vers l'autre et vers Tailleurs. Cette tension vers l'infini l'entraîne dans des expériences étranges, occultes, et même assez souvent dans la drogue.

On le comprend mieux quand on sait que le Poissons est un signe « mutable », entendez par là qu'il ne tient pas en place, qu'il n'est lui-même que s'il est en mouvement aimanté par cet « ailleurs » qui ne saurait avoir de frontières. Lorsqu'il ne voyage pas physiquement (comme Jacques Cartier ou Brazza), il fait voyager les autres (comme Henri le Navigateur), ou voyage en imagination (comme Hugo). L'humour Poissons est aussi une forme d'évasion. En amour, cette faculté de vibrer avec l'air ambiant donne au Poissons une grande séduction : l'amour est aussi un voyage... Les aventures multiples sont autant d'îles à explorer. Bref, un homme Poissons, on aime ou on n'aime pas.

Si on aime, cela veut dire qu'on peut communiquer avec lui autrement que par le langage, puisqu'il ne se donne pas la peine de s'expliquer. Nous le soupçonnons de ne jamais très bien savoir lui-même où il en est : il faut le savoir à sa place. Autre caractéristique attachante du Poissons : il a le génie de la tendresse sans laquelle l'amour est moins que rien. Par contre, si votre émetteur-récepteur n'est pas branché sur la longueur d'onde Poissons, n'insistez pas : vous ne lui trouverez que des défauts. Vous ne pourrez avoir aucune indulgence pour ce type d'homme que vous trouverez flottant et indécis, voire fuyant ; il vous agacera vite par son ambiguïté et son manque de rigueur. Vous vous exaspérerez de le voir vous glisser entre les doigts pour filer entre deux eaux. Si vous êtes de celles qui adorent les affrontements à visage découvert, n'accrochez jamais vos filets à un homme Poissons : sa méthode, ce n'est pas du tout la bataille rangée classique, c'est la subversion totale (un révolutionnaire doit être au milieu du peuple comme un poisson dans l'eau !).

« Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas », disait Pascal, qui, natif des Gémeaux, devait en effet s'étonner tous les jours de la logique abyssale des Poissons. (Ces deux signes ont le plus grand mal à se comprendre). Le Poissons que vous n'aimez pas est désordre dans sa vie et dans ses mœurs. Il est quelquefois complètement déconnecté de la réalité et noyé dans sa drogue. Il manque totalement de l'inhibition qui lui permettrait de se structurer lui-même : il vibre tellement avec l'air ambiant qu'il n'est plus un être humain, mais une silhouette totalement inconsistante. Il a le plus grand mal -et cela de façon générale, même si c'est un brillant Poissons -à trouver son identité. D'ailleurs, en parlant de lui, nous hésitons sans arrêt entre le singulier et le pluriel !

Le Poissons fait rarement fortune : il donne trop volontiers (mais est-ce qu'on peut être « trop » généreux ?) ; en tout cas s'attache rarement à se constituer une fortune. Un signe d'eau mutable ne peut pas être un signe d'avarice : l'eau est faite pour couler. Laissez rêver vos Poissons dans leurs prairies sous-marines : on ne sait jamais ce qui peut en sortir. Les grands astronomes sont, en majorité écrasante, de ce signe : Copernic, Galilée, Newton, Le Verrier, Lalande, Laplace, Camille Flammarion, et ainsi de suite jusqu'à Einstein I Le Poissons est un pêcheur de météores...


LA FEMME POISSON


Beaucoup d'hommes sont persuadés que les femmes ignorent l'amitié et que leur rivalité amoureuse torpille toute relation amicale entre elles. Dans cette vision naïvement égocentrique, l'homme se prend pour le soleil et attribue aux femmes un rôle de planètes gravitant autour de lui. Dans la majorité des cas, c'est faux : l'amitié féminine existe bel et bien et on ne va pas se fatiguer à en démontrer l'évidence. Pourtant, les hommes ont parfaitement raison dans un cas précis : celui de la femme Poissons. Celle-ci n'hésite jamais à trahir sa meilleure amie lorsqu'elle poursuit une affaire amoureuse. Elle sacrifie toujours ses amitiés féminines à l'Amour (qu'elle ne conçoit qu'avec un A majuscule!). Et même lorsqu'il n'y a pas d'homme en jeu, l'amitié avec une femme Poissons reste une entreprise décevante.

Nous avons toutes été un peu Poissons entre dix et quinze ans: noyées dans la brume de nos rêves, nous attendions le Prince charmant. Nous dérivions sur la mer des Sargasses au milieu des algues flottant à la surface de nos désirs. Puis, sortant de l'adolescence, nous avons quitté ces îles imaginaires. Les Poissons, elles, n'en sortent jamais. Petites sirènes d'Andersen, elles poursuivent! Toute leur vie un impossible absolu. Elles continuent à flotter dans la mer des Sargasses. Certaines n'accostent jamais nulle part : les hommes de tous les jours sont trop différents des Princes charmants de leurs rêves. Les années passent et ces éternelles jeunes vieilles filles s'installent avec le temps dans une mentalité de victimes.

Mais toutes ne décrochent pas la double palme du martyre et de la virginité. Celles qui se marient trouvent enfin à employer leur océan de tendresse, d'autant plus qu'elles ont facilement une brochette d'enfants, le signe des Poissons étant considéré comme l'un des plus féconds. Excellentes mères de famille, elles sont totalement dévouées à leur progéniture et paient de leur personne jusqu'à la limite de leurs forces. Veillant à tout l'œil partout elles savent tout ce qui se passe dans la maison. Mais le danger est de trop materner les enfants. Pour éviter cet excès de surprotection, la mère Poissons doit trouver à l'extérieur une activité où elle puisse employer à fond sa générosité. Sinon, elle devient non seulement mère abusive, mais aussi épouse abusive. Envahissante comme la grande marée d'équinoxe, sa possessivité totale détruit ou fait fuir bien des hommes, qui ne supportent pas. La jalousie poissonesque est farouche, et toute femelle qui franchit le seuil de la maison de la femme Poissons est une éventuelle rivale.

C'est au fond une femme fragile, qui n'a guère confiance en elle-même. Timide à l'excès, elle se cache au fond des trous d'eau... Elle a peur de faire front ouvertement. Elle a aussi le goût du drame, se fait du cinéma en pleine nuit et réveille son mari pour lui raconter les histoires qu'elle se raconte... Mais ses intuitions fulgurantes sont souvent justes, bien que, chez elle, fantasmes et réalité soient inextricablement mêlés. En principe, la femme Poissons est désordre et aussi mal organisée que possible. Mais si elle est Poissons-Vierge, ou Poissons-Balance, ou Poissons-Sagittaire, elle trouvera peut-être l'énergie de lutter contre la pagaille.

Ne comptez pas trop sur elle car elle est inconstante, indécise, le moindre courant de marée la fait changer, elle a des sautes d'humeur imprévisibles. Vous serez bêtement déçu par cet être pourtant rempli de qualités, dont la moindre n'est pas la poésie et la tendresse. Mais ne demandez pas aux gens d'être ce qu'ils ne sont pas, ni à une femme Poissons de vivre hors de son aquarium ou de marcher avec deux pieds comme tout le monde...


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


valou

Messages: 1238
Date d'inscription: 20/04/2011
Age: 45
Localisation: Chambery

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum