D'UN MONDE A L'AUTRE
a l'abri des regards indiscrets ,profitons en pour partager nos connaissances dans une ambiance de calme et d'amitié, loin des brouhaha de notre humanité .
ici chacun a sa place et le droit de s'exprimer ...

Christine André - Une plume pour deux âmes

Aller en bas

Christine André - Une plume pour deux âmes

Message par Admin senga le Dim 7 Oct - 21:17

Christine André - Une plume pour deux âmes

c'est la médium que je suis allée consulter!! elle travaille aussi avec reynald roussel.




Christine André a développé un don de clairaudience qui lui permet d’entrer en relation avec les défunts. Ceux-ci la guident et lui prodiguent des conseils.

À maintes reprises, ils lui ont donné la preuve de leur survivance, de leur présence...

Durant plusieurs nuits, par le canal de l’écriture intuitive, Christine André a reçu des messages de deux êtres chers aujourd’hui ''de l'autre coté du voile'', André, son père et Denise, une amie proche.

Des messages restés intacts et restitués au fil des pages de son troisième ouvrage ''Une plume pour deux âmes'' publié en février 2009.

Vous dites de ce livre qu'il est différent de ce à quoi vous aviez pensé, pourquoi ?

Christine André : Une plume pour deux âmes » n’était absolument pas l’ouvrage auquel j’avais pensé dans un premier temps.

Je travaillais sur un livre expliquant la médiumnité lorsque j’ai commencé à recevoir cet enseignement chaque nuit.

J’ai du interrompre l’ouvrage en cours pour me consacrer aux messages reçus puisque mon père m’a indiqué que cet enseignement m’était donné pour que je le transmette à travers un livre.

C'est par le canal de l'écriture intuitive que vous avez composé les différents chapitres d' Une plume pour deux âmes, qu'est-ce que l'écriture intuitive ?

Christine André : Une sorte de dictée me semble-t-il.

En fait depuis le départ de mon père pour l’au-delà et quelques jours seulement après son enterrement, alors que je n’avais que sept ans, j’ai commencé à l’entendre. Puis au fil des années, d’autres Invisibles se sont adressés à moi et j’ai pu comprendre en grandissant, que cela s’appelait la médiumnité, car enfant je ne me posais pas de questions sur ce genre de réception.

Mais la médiumnité c’est vaste. On peut entendre les entités, d’autres peuvent les voir ou les ressentir, être médium à travers la peinture, la musique etc….

Pour moi, c’était et c’est toujours la clairaudience, c’est à dire que j’entends les décédés avec quelquefois la clairvoyance et dans ces cas-là, je les vois. L’écriture intuitive, ce sont des messages que j’entends, mais en plus, les Âmes me demandent d’écrire tout ce qui est dit.

L’écriture est bien la mienne, je reste totalement consciente de ce que je fais, en revanche la vitesse de mon écriture est différente et je peux noter les messages en me trouvant dans la pénombre. Afin de ne pas faire passer mon intellect dans les messages reçus, je refuse, en journée, d’attendre devant une feuille que d’éventuels messages arrivent.

Je demande aux Invisibles, s’ils veulent me contacter en écriture intuitive, de me réveiller en pleine nuit. Ainsi je suis certaine de ne rien provoquer. Cela peut m’arriver plusieurs nuits de suite comme pour cet ouvrage, mais aussi espacé de plusieurs mois. D’ailleurs lorsque j’ai reçu l’enseignement d’"Une plume pour deux âmes", j’ignorais s’il y aurait continuité chaque nuit durant ou si je devrais patienter plusieurs semaines entre chaque réception.

Concernant mon père j’ai du attendre six jours entre son premier et son deuxième message.»

Peut-on dire que vous vous êtes totalement laissée guider ?

Christine André : Les chapitres de ce livre ont été établis suivant l’ordre indiqué par les deux messagers. Il était hors de question pour moi d’en modifier l’ordre car ils avaient déjà planifié le canevas du livre.

Je me suis donc laissée guider au fil des nuits, et ma seule liberté fut de leur poser des questions qui pouvaient jaillir au cours des messages que je recevais.

C'est un voyage astral qui semble vous avoir permis de prendre conscience de vos perceptions extra- sensorielles, se sont-elles réellement révélées lors de cet épisode ?

Christine André : Il serait faux de penser que ma médiumnité s’est révélée au cours de mon voyage astral. Lors de ce voyage, je me suis retrouvée dans un tunnel avec une lumière au bout, puis j’ai pu être dans les bras de mon père parti presque trente ans plus tôt.

Cela m’a permis de comprendre comment nous échangions de l’autre côté et donc comment les invisibles communiquent avec les médiums. Puisqu'ils n’ont plus de cordes vocales, ils s'adressent à nous par la pensée.

Ma médiumnité s’est révélée au départ de mon père, puis j’ai commencé à transmettre des messages aux autres personnes il y a vingt deux ans, alors que mon voyage astral s’est produit il y a seize ans.

Lors des contacts, Les âmes doivent à priori sortir d'un champ pour entrer dans un autre, passer d'un niveau de conscience à un autre. Un processus qui nécessite chez elles un ''effort'' , une dépense d'énergie à l'origine d'un véritable ''état de fatigue''. Est-ce la raison pour laquelle vous n'avez pas cherché à provoquer ces contacts ?

Christine André : En tant que médium, je ne peux pas provoquer de contacts, je n’ai aucune possibilité de le faire, seuls les invisibles choisissent de passer à travers nous pour porter message. Lors d’une consultation, je pose la photo de la personne décédée sur ma table. Si l’invisible veut se manifester il viendra me parler, sinon je ne peux rien faire.

Il est vrai qu’un contact avec la terre demande à l’invisible de l’énergie puisqu’il doit abaisser ses vibrations pour venir jusqu’à nous, même s’il n’est pas parti depuis bien longtemps.

D’ailleurs les contacts peuvent être courts si l’entité se vide trop de son énergie. Il ne faut jamais oublier que c’est le médium qui est à la disposition de l’âme pour qu’elle puisse transmettre un message et non le contraire. Nous n’avons rien à exiger d’eux !

'
''Une plume pour deux âmes'' donne de véritables réponses à la question de la survivance. Dans l'un des chapitres, votre père revient notamment sur le moment ou il a poussé les portes de cet ailleurs. Un passage qui se fait en plusieurs étapes, pouvez-vous nous les rappeler ?

Christine André : L’étape du passage d’un monde à l’autre se passe de différentes façons suivant les êtres. Il y a les âmes qui partent très jeunes, adultes ou âgées, certaines de maladies ou d' accidents, d’autres par suicide.

Il est évident que le passage par le temps de repos ne sera pas le même suivant les différents départs. Ce temps de repos est obligatoire pour chaque âme, mais suivant son départ de la terre, il peut être de plus ou moins courte durée.

Comme on peut le constater dans mon ouvrage, lorsque Denise parle de son passage, elle ne se pose pas autant de questions que mon père qui n’accepte pas le fait qu’il soit « mort ». Mais Denise est partie à 87 ans et mon père à 39 !

Ce qui est commun également à chaque âme, dès son arrivée dans l'au-delà et au début de son temps de repos, c'est la vision de sa vie depuis le moment de son départ de la terre pour remonter jusqu’à sa naissance. Voilà pourquoi les Guides nous demandent d’être aussi vigilants envers nos pensées qu'envers nos actes et paroles car tout est enregistré et nous ressentons ce que nous avons pu faire de bien ou de mal lors de cette rétrospection.

Encore une fois, il n’y a pas de jugement par nos Guides, c’est nous mêmes qui nous jugeons, puisque dans l'au-delà nous retrouvons notre pleine conscience.

On le constate dans votre ouvrage, ce passage d'un état à un autre est parfois sources de difficultés. Quel est selon vous l'obstacle le plus difficile à surmonter pour ceux qui franchissent la frontière ?

Christine André : La difficulté de cette phase de transition est très variable suivant les êtres, certains vont mal accepter de se défaire de leurs biens terrestres, d’autres vont ne pas vouloir être séparés de leurs aimés, d’autres très actifs auront du mal à ne pas accomplir les projets qu’ils s’étaient fixés.

L’évolution spirituelle acquise sur terre est très importante, car elle permet à l’être qui passe de l’autre côté du voile de comprendre plus vite qu’il ne fait plus partie du même monde et en conséquence de mieux l’accepter.

Dans ''une plume pour deux âmes'', vous revenez à de nombreuses reprises sur les missions allouées aux nouveaux arrivants. Dépendent-elles de leurs vécus sur terre ?

Christine André : Les missions dont nous parlent les invisibles sont variables suivant les âmes. D’après ce qu’elles nous disent, rien ne leur est imposé, elles choisissent vers quel domaine elles désirent se diriger, cela peut se rapporter à leur activité ou passion sur terre ou à toute autre chose.

Un peintre va pouvoir guider un élève sur terre, un musicien ou un écrivain également. Il y a le cas connu du Dr Lang qui a choisi de continuer à soigner et opérer en passant à travers Monsieur Chapmann qui lui, fait étrange, n’avait aucune connaissance en médecine ! !

Toutes les âmes selon vous trouvent-elles le repos ?

Christine André : Si vous me demandez si chaque âme passe par un temps de repos, je vous répondrai oui, mais si votre question est de savoir si toute âme trouve le repos, la Lumière, cela dépend de beaucoup de paramètres.

Toutes ne peuvent pas le trouver dès leur arrivée. C’est variable suivant leur condition de départ, leur évolution sur terre, leur comportement terrestre surtout. Certaines âmes ont du mal à se pardonner certains actes de leur vie.

Dans certains cas, ce passage est-il libérateur ?

Christine André : Pour certaines âmes, le passage est libérateur, car leur chemin de vie a été trop pénible, leurs épreuves trop lourdes et elles se sentent dégagées d’un poids énorme.

Prenons l’exemple de personnes ayant été malades durant de longs mois, voire des années ou ayant dû traverser des épreuves multiples, elles sont épuisées moralement. Arrivées de l’autre côté, elles se sentent libérées de ce fardeau qu’elles ne supportaient plus.

Dans ''Une plume pour deux âmes'', vous évoquez le ''Bas Astral'', image on le sait assez récurrente du spiritisme par exemple, quelles sont vos convictions aujourd'hui sur ce ''plan'' de conscience ? les âmes concernées y sont-elles condamnées comme le suggèrent certaines doctrines?

Christine André : Le bas astral, est selon les Guides, un premier plan de conscience de l’Au-delà, plan où les êtres sont en attente d’évolution. En aucun cas, il n’est question de ''condamnation'' d’une âme qui se trouve sur ce plan-là, tout au plus d’une période d’attente, de transition où elle devra comprendre, accepter les différents actes de sa vie terrestre pour accéder à la Lumière.

Il n’y a pas de jugement dans l’autre monde. Le seul jugement est le nôtre. Une âme a toujours la possibilité de passer sur un autre plan dès que sa compréhension s’ouvre.

Effectivement dans ce premier plan, il peut se trouver des âmes qui ne comprennent pas où elles se trouvent ou qui ont du mal à se détacher de la terre ou d’autres qui, suite à des actes très lourds sur terre, refusent de les comprendre et de les reconnaître comme étant négatifs.

C’est aussi sur ce plan bien souvent que se trouvent les entités qui se manifestent lors de séances de spiritisme telles que tables tournantes ou séances de oui-ja, d’où le danger de telles pratiques car ces âmes-là vont plus s’amuser avec les humains que réellement leur apporter leur aide.

On constate aussi dans votre ouvrage que l'Au-delà est finalement assez hiérarchisé. Une hiérarchie presque pyramidale, chaque âme répond aux conseils d'une autre, mais y a- t-il quelqu'un au sommet de cette pyramide ?

Christine André : En tant que médium, je me suis aperçue, lors de réceptions de messages, que chaque âme doit demander l’autorisation à un Guide avant de venir nous délivrer message et que cette âme ne peut pas répondre à toutes les questions posées par son proche.

Dans ce cas, j’entends : je ne suis pas autorisé à répondre ! Il faut comprendre ce barrage qui est fait de la part du Guide, qui lui, connaît la fragilité psychique du consultant et sait ce qui pourrait le fragiliser plus que le rassurer.

Quant aux questions sur l’Univers, beaucoup nous sont interdites de réponse car notre conscience n’est pas suffisamment ouverte à leur compréhension.

Il ne faut pas croire que nous médiums pouvons avoir réponse à tout concernant l’Autre Monde et concernant le Suprême qui se trouve au sommet de la pyramide, je n’ai aucune réponse à vous donner d’une manière générale et d’une façon personnelle, je vous dirai que cette Force Suprême pour moi, c’est Dieu.

Même les êtres qui sont passés de l’autre côté n’ont pas immédiatement les réponses à toutes leurs questions. Là aussi interviennent l’évolution et l’ouverture totale de conscience suivant les différents plans.

Dans l'Au-delà, les âmes semblent totalement libérées de certains sentiments, libérés aussi de certains besoins impérieux à l'origine souvent de nos souffrances sur Terre, quelle est votre approche sur ce point ?

Christine André : Les invisibles nous expliquent souvent, que revêtus de leurs nouvelles énergies, ils perdent les ressentis de la terre.

Pour nous, humains, c’est difficile à comprendre, ils ne deviennent pas insensibles à ce qui nous arrive mais avec leur champ de conscience élargi, ils ont beaucoup plus de recul et voient nos soucis comme une expérience de courte durée(eh oui, il ne faut jamais oublier que de l’autre côté le temps n’existe pas).

Et puis ils sont totalement dégagés des sentiments de jalousie, envie, chagrin, colère, dès qu’ils sont sur un plan lumineux. Ils retrouvent la pleine compréhension de ce qu’est le chemin de vie terrestre. C’est pour cette raison que souvent, ils nous demandent de ne pas nous attacher au matériel qui n’est qu’illusion sur terre ! Là aussi grosse difficulté à l’admettre pour nous les humains.

Les invisibles ont la possibilité de recréer toute situation terrestre qui pourrait leur manquer dans les premiers temps de leur arrivée dans l’au-delà, comme se retrouver dans leur maison, même si celle ci a été vendue ou détruite , fumer une cigarette pour un gros fumeur ou revivre un souvenir avec un proche.

Donc ils ne souffrent d’aucun manque car en plus ils nous voient et captent nos pensées. Pour vous donner un exemple précis de ce que les âmes peuvent recréer, je vous parlerai de mon voyage astral et de ma rencontre avec mon père qui a pu se matérialiser d’une façon telle, que trente ans après son départ, j’ai ressenti ses bras m’entourer et la chaleur de sa peau lorsque ma tête s’est posée sur sa poitrine. Il savait combien j’en avais besoin et s’est matérialisé pour me donner réconfort ! Et je peux dire que ce fut un moment magique !

D’après les messages des Guides, le seul passage où les entités peuvent ressentir encore la souffrance des aimés se situe juste après leur départ et dans ce cas précis les Guides les éloignent du chagrin de leurs proches pour qu’elles arrivent au plus vite à se revêtir des nouvelles énergies de Lumière du monde où elles se trouvent désormais.

Après ce temps, elles constatent la douleur de leurs aimés sans toutefois la ressentir. Par contre, lorsque nous commémorons des évènements tragiques, tels que les accidents d’avion ou de train, les âmes les moins élevées peuvent se sentir attirées par la douleur encore intense sur terre, abaisser leur vibration et revivre leur moment de départ, situation très inconfortable pour elles.

Selon vous, l'enfer c'est ici ?

Christine André : ''L’ enfer'' , je n’aime pas ce mot, peut être effectivement notre expérience terrestre, où nous passons d’épreuve en épreuve avec quelques moments de répit qui sont les petits bonheurs.

Quel enseignement principal tirez-vous de l'expérience vécue lors de ces échanges et puis si vous deviez retenir un seul message, ce serait lequel ?

Plus nous avançons dans la recherche de l’autre monde, plus nous nous apercevons que nous sommes bien petits et savons peu de chose ! !

L’important étant de vivre dans le positif, et de réaliser tous les actes de notre vie avec amour. Le seul message que je pourrai retenir de l’enseignement reçu, c’est l’amour, l’amour qu’il faut mettre dans chaque acte de notre vie et qui seul reste à la fin de notre parcours terrestre.

Christine André reçoit uniquement sur rendez-vous à Montrouge (Haut-De-Seine), 01 46 56 85 11 ou 06 11 60 49 35.

Au-delà (Contacts) sur besoindesavoir.com




NAITRE,MOURIR,RENAITRE ENCORE ET PROGRESSER SANS CESSE,TELLE EST LA LOI
avatar
Admin senga
Admin

Messages : 7548
Date d'inscription : 20/04/2011
Age : 53
Localisation : chambery

http://dunmondealautre.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum